La Mediumnite Hagel
Connexion

Récupérer mon mot de passe

[Interview] Marion Cano (photographe)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Interview] Marion Cano (photographe)

Message par Vindir le Sam 30 Avr 2016 - 20:29

Interview Marion Cano Photographe – Equinox Mai 2016







Photographe professionnelle depuis plus de 6 ans, Marion Cano nous livre, à l'occasion de sa prochaine exposition, une version très personnelle de grandes Saintes qui ont marqué l'histoire. Véritable passionnée, cette artiste Normande explore au travers de ses projets personnels des thèmes forts tels que l'Apocalypse (en 2012 et 2013), des figures démoniaques importantes de la tradition judéo-chrétienne comme Samaël, Lilith mais également Eve (2015) ; le mysticisme, la mort, le deuil, ou encore les défunts et leurs apparitions... Autant de thèmes difficiles que la photographe aborde avec poésie, sublimant ses démons pour en extraire la beauté, tels des tableaux.

Sites web :


Like a Star @ heaven -Marion Cano, Photographe (Facebook) https://www.facebook.com/MarionCanophotographe/

Like a Star @ heaven -Marion Cano, book photo (500 px) https://500px.com/MarionCano

Like a Star @ heaven -Marion Cano Photographe (site web en construction) http://marioncano-photographe.com/

Partie personnelle :


­-Comment en êtes ­vous venue à aborder des thèmes touchant à la religion, la spiritualité et l'ésotérisme ?    

Je crois que c’est une inspiration constante qui me vient d’aussi loin que je puisse me rappeler. Quand j’étais petite, je me passionnais pour les univers oniriques, lorsque je dessinais c’était toujours des personnages (féminins déjà à l’époque) des princesses de contes, des sirènes, puis adolescente des guerrières dont je m’inspirais des séries comme Buffy contre les vampires. La spiritualité  m’est venue quand j’avais une dizaine d’années, je n’ai jamais été baptisée mais je le voulais, à l’époque et je passais beaucoup de temps dans le cimetière de mon village, j’y allais pour m’en occuper, je ramassais les pots de fleurs tombés, et j’aimais me dire que les disparus qui reposaient là bas, me remerciaient pour mon geste, j’aimais me dire qu’il pouvait y avoir des esprits qui m’accompagnent dans la vie… je ressentais déjà à l’époque une paix naturelle quand je me posais dans ce cimetière que j’ai, par ailleurs, beaucoup photographié. Cette spiritualité m’est aussi venue grâce à mon idole, la chanteuse Mylène Farmer qui m’a accompagnée toute ma jeunesse, qui elle même se voue au culte de la religion. C’est un tout qui fait que j’ai un grand besoin d’exprimer cette facette de la vie que nous essayons parfois de comprendre ou tout simplement de nous émerveiller pour sortir de l’ordinaire, quitter de temps en temps la terre ferme.

WITWE. Photographe : Marion Cano
Modèles: Sophie and Cahal ; Makeup: Sophie M Make-up ; Assistants: Loris et Marie

-Quel est votre rapport personnel à la religion et au sens large, à la spiritualité ?

J’ai beaucoup de respect pour la religion. Le sujet est de nos jours très délicat à cause des débordements dû à l’actualité, cela me chagrine, en effet pour moi la religion peut­-être une aide thérapeutique, sans pour autant la suivre à la lettre, elle devrait nous aider à nous apaiser, nous rassurer. Peu importe si cela est une vérité ou non, moi je la vois comme un moyen de réfléchir sur ce que je suis, sur ce que nous sommes et ce que nous devrions faire dans la vie pour surmonter les moments difficiles car la vie est une vrai épreuve, elle est parfois cruelle, et la religion peut-être un moyen de méditer un peu, de prendre un certain recul. Pour autant, je ne suis une enfant d’aucune religion, mais je suis vite émerveillée par ce qu’elle a pu créer, notamment dans l’architecture, dans l’art, et je suis très intéressée par les histoires religieuses, ce qui a pu être constaté grâce à mon thème de cette année.  

-Qui était Marion Cano il y a 10 ans et qui sera-t-elle dans 10 ans ?

Il y a 10 ans, donc en 2006… Oui ça ne nous rajeunit pas, j’avais 18 ans . J’étais une lycéenne un peu naïve mais toujours très rêveuse, trop même. Je voulais comme toutes les adolescentes être considérée comme une adulte sauf que j’étais encore une enfant dans le cœur. D’ailleurs, à l’époque, une peine de cœur pouvait vraiment me déchirer en deux, et  j’en voulais parfois à la vie. Mon œil également était plus enfantin, je débutais dans la  photographie, je faisais des autoportraits, je demandais à mes copains de poser dans notre  petit village perdu et j’apprenais lentement. Je crois que je savais déjà que je voulais devenir photographe à cette époque puisque j’avais dû, dans le cadre d’un cour de communication,  faire un exposé sur le métier qui nous intéresse. Je me souviens avoir constaté que le métier de photographe n’avait pas l’air très facile, mais comme je savais depuis toujours  que je voulais faire un travail artistique, un travail qui est synonyme de passion, je m’étais  renseignée pour pouvoir continuer mes études dans la photographie après mon bac.  Moi dans 10 ans… Donc en 2026 aïe….j’aurai 38 ans ! J’espère que je serais toujours avec  vous, mais surtout plus grande, non pas en taille évidemment, mais plus grande dans la tête, plus grande dans mes projets artistiques. J’aime rêver que mon travail sera plus reconnu, que j’exposerais dans des galeries à forte notoriété et que peut-être je sortirais un livre d’images, ou même d’écriture.  

-Y a-t-il des rencontres (réelles ou fictives) qui ont influencé votre parcours ?

Mon parcours n’a pas été influencé en terme de choix de carrière, mais plutôt dans mon  inspiration et mes choix de thèmes:  En rencontre réelle forcément, il y a eu ma rencontre  avec mon défunt ami Dargor. Il a influencé mon parcours durant notre relation mais surtout post-mortem. Son décès m’a forcée à grandir très brutalement et durant au moins trois années je ressentais le besoin d’exprimer ma douleur à travers des personnages. Cela se ressent surtout dans les séries des expositions “Araneisme” en 2014 et surtout  “Fantasmagorie” en 2015. J’ai également fait la connaissance en 2013 d’un ami cher qui  m’offre ses conseils artistiques et qui m’a poussé à travailler à temps plein en photographie,  ce qui n’était pas le cas avant fin 2015, mais je n’aurai pas pu connaître cet ami (Alexis du  groupe de musique Wildpath) sans mon amoureux Loris (du groupe de musique Hopes of  Freedom) avec qui j’ai une relation depuis bientôt 4 ans et qui m’encourage de la plus belle  manière qu’il soit.  En rencontre fictive, je ne peux qu’avouer mon admiration pour la photographe Kirsty Mitchell ! Elle m’a influencé sur sa façon de réaliser ses shootings, c’est une grande artistique qui crée tout ses décors, ses mises en scène, et c’est en consultant ses making of que j’ai  compris qu’il était très important d’aller le plus loin possible dans ses idées et d’essayer,  toujours essayer car le rendu peut-être à la hauteur de ses espérances.  


ARANEISME. Photographe : Marion Cano.
Modèles: Loris et Lara ; Makeup: Chamal'Ow Make Up.

-Associez-vous la pratique de la photographie à une pratique ou approche spirituelle ?

Non.  Je plaisante... Elle a une approche thérapeutique, donc spirituelle aussi forcement dans mon  cas. En voulant par exemple travailler sur le sujet les “Saintes”, j'espérais toucher au plus près cet univers spirituel lié à la religion, je voulais montrer ce qui m’émerveillait, parce que sans jouer à la dingo, c’est vraiment beau ce que j’y vois ! C’est magnifique même,  malheureusement c’est un travail impossible. Si je pouvais faire un "imprim écran" de la vision que j'ai de la spiritualité je crois que je n'aurai pas eu  besoin de passer huit mois sur la réalisation de ce nouveau thème “Saintes”, il m’aurait juste fallu dire “tenez regarder, c’est ce que ça me fait !”  

-Quel objectif doit servir la photographie (et l'expression artistique) selon vous ?

Elle doit servir à s’exprimer tout simplement, comme tout forme d’art.  Pourquoi faisons nous de la musique ? de la peinture ? pourquoi écrivons nous ? Quand on a un surplus de sentiments en nous, à un moment il faut arriver à se vider pour éviter le drame. Cela nous sert, mais ce qui est superbe aussi, c’est que ce besoin peut servir aux autres. En voyant la photo de quelqu’un on peut ressentir tout un tas de choses, cela peut faire ressurgir des émotions, des souvenirs et parfois même nous sortir un  peu la tête de nos soucis, et ce qui est génial aussi c’est que cela peut inspirer les autres, comme moi quand je m’émerveille devant une photographie du Turk (photographe auteur  français) de Kirsty ou de Miss Aniela (photographe de mode).  

-Avez-vous une (ou des) muse(s) ? Si oui, peut-on dire que votre inspiration vient d'elles d'abord ou sont-elles plutôt un moyen d'exprimer votre inspiration ?

Ma muse est effectivement le personnage qui va exprimer mes idées. Sorcha, avec qui je travaille depuis 2011, a toujours su incarner les personnages que j’ai pensé.  Ce que j’adore chez elle c’est son regard. C’est une partie vraiment très importante pour moi chez une modèle, le regard est comme on dit parfois “le reflet de l’âme” et son âme a connu divers tourments, ce qui la rend vraiment très intéressante à mes yeux. Au delà de son  image, de son enveloppe, elle exprime tout un tas de sentiments. Voilà pourquoi elle a toujours été mon coup de cœur.  Si en revanche j’ai besoin d’une autre inspiration féminine, je peux la trouver dans le cinéma, dans la littérature et parfois dans la chanson.  


Photographe : Marion Cano
Modèle et Make Up : Sorcha ASBF


Partie professionnelle et activités :



-Partager et exposer le fruit de son travail au monde est-il difficile lorsqu'on aborde des thèmes aussi forts que la mort, la religion, le mysticisme ?

Cela dépend jusqu'où je vais aller. Je suis habituée à déranger un peu avec mes photographies, parce que le public ne comprend pas directement ce que j’ai voulu exprimer, c’est bien pour cela que j’essaye toujours de les guider vers l’idée en leur fournissant une légende. Pour moi la mort, la religion sont des choses de la vie, et font partie  intégralement de mon univers. La mort n’est pas un tabou, mais elle est difficile à  comprendre, en tout cas dans mon cas c’est une véritable obsession, et c’est pour ça que  j’ai besoin de l’exprimer à travers mes photos. Si une partie du public se sent mal à l’aise  face à cela, je n’y peux rien tant qu’ il n’y a pas d’amalgame. J’exprime des idées, des  questionnements, des sentiments, des états d’âme, ce n’est pas une vérité !
Ma première  pensée va à ma photographie “Cris avortés” de 2015 qui a suscité divers questionnements.  On peut y voir une femme qui semble venir d’un autre temps, dans un marais, qui s’enfonce  dans de la boue avec son landau et se laisse envahir par des toiles d’araignée sur un fond de fumée verte. Je crois que sans légende on y voit qu’une photo très glauque, un rapport  avec l’enfant et la mort qui dérange fortement. Or, si j’ai fait cette photo c’est pour parler de ces femmes qui souffrent d’être devenues mères, que se soit l’angoisse post-accouchement et  l’idée de pas savoir sécuriser son enfant ou bien de ces femmes qui ont perdu leur petit vivant, un choc terrible… dans tous les cas cette femme se sent perdue, et l’image se  confond dans le passé, le présent, et le future de la femme Je sais que lorsque j’ai expliqué cela à travers mon blog, beaucoup ont mieux compris cette photo et ont même plus apprécié son intégralité.  


CRIS AVORTES. Photographe : Marion Cano.
Modèle: Sorcha ; Makeup and hair : Sophie Moutier Make up ; Assistants: Loris, Aurélien.

-Pourquoi avez-vous choisi de raconter l'histoire de la Vierge Marie, Jeanne d'Arc, Wilgeforte et Marie-Madeleine pour votre exposition photo sur les Saintes et quel est, selon vous, leur point commun ?

Ce sont des femmes qui ont souffert de leur image. J’en suis fortement touchée car j’ai, moi-même, un problème avec ça. Sans partir dans la psychanalyse, j’ai toujours peur d’être mal jugée, et ça me terrifie. Jeanne a endossée le rôle d’une libératrice et pourtant on l’a prise pour une sorcière, on l’a  brûlée, alors que de nos jours elle est un véritable symbole national. Marie, la pure vierge, Marie mère de Jésus est vénérée pour son statut, mais c’est une mère qui a eu le destin de  perdre son fils en le voyant se faire crucifier. Pour ce qui est de Marie Madeleine, il y a encore  tant de questions à son sujet, qui était elle réellement ? Nous sommes pratiquement sûrs qu’elle ait été confondue avec un autre personnage de la bible, elle a alors été considérée pendant plusieurs siècles comme la prostituée, la pécheresse ! Quant à Wilgeforte, la légendaire, elle a été crucifiée par son père la considérant comme une sorcière également, parce qu’après avoir demandé de l’aide à Dieu  pour ne pas se marier, une barbe lui a poussé sur le visage. Toutes ces histoires m’ont touchée et je voulais les faire connaître ou les rappeler.  


SAINTES. Photographe : Marion Cano.
Modèles : Hermine, Sophie, Ophélia, Sorcha. Makeup artists : Sophie Moutier, Lara Stalin.
Assistants : Loris, Alexis, Blandine, Cédric, Eric, Franceline...

-Fin 2015, une exposition photo du Musée d'Orsay de Paris avait pour thème “Qui a peur des femmes photographes ? 1839-1945”. L'exposition avait pour objectif de rendre hommage aux femmes photographes oubliées de l'histoire. En tant que femme photographe, est-ce un sujet qui vous touche aujourd'hui ?

Toucher n’est pas le mot. Effectivement, qu’elles aient été oubliés est vraiment dommage car  je pense que nous avons suffisamment de preuves pour constater que le sexe d’une  personne ne devrait pas influencer sur la promotion de celle ci.  Que ce soit en photo, en peinture, en écriture, dans toutes formes d’arts, il y a eu et il y a beaucoup de femmes brillantes. Je pense donc qu’il est important de parler d’elles, étant moi-même une femme photographe, mais avant de me considérer comme femme photographe,  je me considère comme une personne, une âme...

-Comment distinguez-vous vos projets artistiques personnels des commandes de vos clients ? Votre façon de travailler est-elle différente ?

Elle est un peu différente oui. Lorsque je commence à travailler sur un prochain shooting personnel, j’y passe beaucoup de temps au niveau de la recherche des mises en scène, des idées que je souhaite exprimer (quels accessoires, quel lieu, quelles poses, quelle modèle) etc, mais tout est très personnel, je suis fidèle à mes désirs et c’est vraiment une empreinte de moi-même que j’essaye de créer.  
Pour ce qui est de mes commandes clients, je fais plutôt l’inverse, je vais surtout essayer de  comprendre mon client, de saisir son univers, ses désirs et à travers mes idées, je vais lui  proposer mes services. C’est vraiment très important pour moi que mon client soit satisfait du rendu, j’ai énormément de plaisir lorsque celui ci m’exprime son contentement lorsqu’il voit le résultat, et mon but est vraiment d’aller dans son sens et de le rendre heureux. J’essaye de le conseiller au mieux et de suivre mon envie de l’émerveiller en lui proposant  des photos plus originales que ce qu’il se fait habituellement.  


Marion Cano. Photo par : Aurélie-cm-photographie.

-Avez-vous des projets pour la suite ? Un prochain thème d'exposition ?

La suite je ne la connais pas encore. Pour l’instant j’ai hâte d’aller jusqu’au bout de mon  projet “Saintes” car la fatigue commence à arriver, et je pense que je vais prendre un peu de  temps pour moi pour me laisser aller simplement à mes idées sans suivre un thème  particulier.  J’aimerais quand même que l’exposition soit déplacée par la suite, j’aimerais qu’elle ne soit  pas refermée après le 24 Juin et n’être plus que du passé. Pour cela, si je peux la déplacer dans d’autres lieux d’expositions cela me ferait très plaisir.  

Autres :


-Un conseil à donner aux lecteurs de cet interview ?

Intéressez vous à l’art car il peut vous apporter beaucoup, ouvrez vous à ce qui vous entoure, la nature, les animaux, et l’humain.  

-Qui aimeriez-vous voir interviewé sur Equinox ?

Mes amis qui travaillent aussi dans l’art (photo, musique, écriture etc):  Mikael Pennec (photographe) le groupe Hopes of Freedom et Wildpath (musique), Sophie  Moutier (maquilleuse artistique), la modèle Sorcha, la créatrice de bijoux Ilmatarja, et une auteure qui n’est pas une amie mais que j’ai découvert il y a peu : Fréderique de Keyser.  

-La vengeance de Salazius d'Artigné : Quel âge à ta conscience ?

Je crois qu’elle a 4 ans, lorsque la mort est venu se pointer tout près de moi.  

-Votre vengeance pour le futur interviewé, une question à lui poser :

Crois tu au paradis ?

-Que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

D’être heureuse, tout simplement et cela devrait se résumer à ma réussite professionnelle, mon épanouissement amoureux et mes projets de vie.  

On vous retrouve du 20 Mai au 24 Juin 2016 à la Forge d'Harfleur (76) pour votre exposition photographique "SAINTES", merci Marion.

De rien Very Happy



Exposition photographique "SAINTES" par Marion Cano Photographe
Du 20 Mai au 24 Juin 2016
La Forge, rue Frédéric Chopin
76700 HARFLEUR


Dernière édition par Vindir le Sam 30 Avr 2016 - 21:57, édité 1 fois

Vindir
Recherche de la maîtrise des énergies

Nombre de messages : 884
Pratiques magiques/ spiritualité : Mediumnité, apprentissage de la voyance, lithothérapie, phytothérapie... Ásatrú.
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Interview] Marion Cano (photographe)

Message par Hagel le Sam 30 Avr 2016 - 20:58

Un énorme merci à vous deux, pour cette interview super intéressante cheers



GPS du forum: La fonction recherche est une voie prioritaire, la section débuter la bande d'arrêt d'urgence et les dossiers l'autoroute.

Hagel



Nombre de messages : 32933
Pratiques magiques/ spiritualité : Comprendre

http://www.medium-desenvoutement.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Interview] Marion Cano (photographe)

Message par stf le Sam 30 Avr 2016 - 21:28

Merci à vindir et à Marion Cano, interview intéressante et les photos magnifique !!! pouce sunny


....Ton expérience n'aura de sens que celui que tu lui donne...

stf



Nombre de messages : 941
Pratiques magiques/ spiritualité : En pratique : médecines alternatives ..
Localisation : Mediolanum Santonum

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Interview] Marion Cano (photographe)

Message par sabrinaluna le Dim 1 Mai 2016 - 16:39

Merci, très interressant, c'est génial ce qu'elle fait.

Le monde est petit, voir le nom de Mickael Pennec sur le forum, c'est un ami et excellent photographe, je le recommande.

sabrinaluna
Petit courant énergétique

Nombre de messages : 140
Pratiques magiques/ spiritualité : sorties astrales, capacités médiumniques en évolution.
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Interview] Marion Cano (photographe)

Message par Vindir le Lun 2 Mai 2016 - 15:13

Merci pour elle et merci à vous pour votre lecture et attention... jap

Vindir
Recherche de la maîtrise des énergies

Nombre de messages : 884
Pratiques magiques/ spiritualité : Mediumnité, apprentissage de la voyance, lithothérapie, phytothérapie... Ásatrú.
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum