La Mediumnite Hagel
Connexion

Récupérer mon mot de passe

Derniers sujets
» Rituel du pentagramme de renvoi à la terre
par Aurum Aujourd'hui à 12:15

» prière et libre-arbitre
par Shijin Mar 14 Nov 2017 - 15:15

» Lecture énergétique
par moatib Dim 12 Nov 2017 - 16:54

» Larvikite
par pati Dim 12 Nov 2017 - 10:26

» Purifier une pierre
par Coeurdedragon Sam 11 Nov 2017 - 21:39

» Recherche bénévole pour tirage
par yohan56 Mer 8 Nov 2017 - 17:25

» Le necronomicon
par Caelina Ven 3 Nov 2017 - 12:33

» Demande de conseil de lecture sur les mystères d'Eleusis
par azural7 Jeu 26 Oct 2017 - 9:30

» Bénévole tirage/exercice tarot Marseille
par Casyope Jeu 19 Oct 2017 - 19:42


Le Draugr (entité bas astral)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Draugr (entité bas astral)

Message par topa le Mer 1 Oct 2008 - 9:58

Draugr signifie généralement « revenant », « mauvais esprit » ou encore « mal-mort ».



Voici ce que disent, en synthèse, « le dictionnaire de mythologie germanique » de Claude Lecouteux et le « dictionnaire de mythologie et de symbolique nordique et germanique » de Robert-Jacques Thibaud:

- le double ou alter ego physique du mort continue à vivre dans la tombe et le quitte s'il est, pour une raison ou une autre, mécontent de son sort. Il provoquera alors mille malheurs;
- pour s'en défaire, il faut brûler le corps physique du mort et parfois immerger les cendres dans la mer (ou similaire) ou dans le sol;
- on a trouvé dans les tombes des cadavres mutilés, ligotés et la tête décapitée à leurs pieds afin d'éviter qu'ils ne reviennent hanter les vivants;
- le revenant peut se fondre dans le sol et y disparaître;
- si le revenant a été blessé, on retrouve les mêmes marques sur le corps physique du mort lorsqu'on l'exhume;
- en allemand, les revenants se disent « Gongers », ce qui signifie « celui qui va ». Ils hantent le monde des vivants s'ils n'arrivent à reposer en paix parce que n'ayant pas accompli ce qu'ils voulaient : déplacer un objet, réparer un méfait etc. Il ne faut pas leur serrer la main car sinon celle-ci se consume et se détache du bras. Les noyés font partie des Gongers et se manifestent à leurs descendants;
- ce « mal-mort » revient hanter ses anciens compagnons si le rituel du banquet (erfi) n'a pas été respecté, rite destiné à libérer le défunt et à attribuer légalement l'ensemble de ses biens à ses héritiers.


Voici maintenant, en bref, une interprétation occulte de tous ces symboles et certaines pratiques magiques qui en découlent. Cela n'est certes pas expliqué dans les livres car les textes sont généralement codés pour n'être compris que par les seuls initiés. De ce fait, les informations indiquées dans les divers traités et dictionnaires (à l'instar des grimoires) restent cryptées pour les non-initiés et deviennent des superstitions très bien entretenue, nourrissant ce que l'on nomme un « égrégore collectif ».
Le double ou alter ego physique du mort continue à vivre dans la tombe et le quitte s'il est, pour une raison ou une autre, mécontent de son sort. Il provoquera mille malheurs.
Comme cela est stipulé, il s'agit du « double » du mort, à entendre le « double éthérique » ou encore le « corps vital » : il s'agit de la manifestation énergétique de la vitalité du corps physique.

La constitution de l'être est complexe, et il n'est pas constitué uniquement de ce que l'on peut voir ou toucher avec les sens physiques. Au delà de la matière, il y a, pour ce qui nous intéresse ici, le double éthérique. Le corps physique est entouré de ce dernier, ressemblant à une fumée d'un gris bleuté, d'une épaisseur variant selon la santé de son propriétaire.
Lorsqu'un homme meurt, son « âme » s'en va et le corps éthérique reste plus ou moins longtemps, tout dépendant de la santé du défunt lors de son vivant.
Mais c'est comme une pile sans batterie : l'âme « batterie » n'étant plus présente, le corps vital « pile » n'est plus alimenté et se décharge progressivement. C'est ainsi que dans les maisons hantées, les « fantômes » disparaissent progressivement au cours des années, des décennies, des siècles…

Ce type de revenant n'a pas de conscience en tant que tel, et est alimenté par une idée fixe que le défunt avait de son vivant, comme le stipule la tradition allemande : les revenants se disent « Gongers », ce qui signifie « celui qui va ». Ils hantent le monde des vivants s'ils n'arrivent à reposer en paix parce que n'ayant pas accomplis ce qu'ils voulaient : déplacer un objet, réparer un méfait etc.
Dans un autre cas, le défunt (donc cette fois « l'âme ») ne prend pas conscience de son nouvel état et continue à hanter le monde physique, se croyant encore vivant charnellement (voir le film « l'échelle de Jacob » très intéressant à cet égard).
Ce Draugr-là réside sur un plan subtil que l'on nomme « bas astral », et cohabitent avec les larves et élémentaires (entités spirituelles basiques, se nourrissant de nos pensées et émotions, de nos peurs, obsessions… : ce sont ce que certains nomment « mauvais esprits » ou « esprits-frappeurs », les « éléphants roses » des alcooliques etc.). Comme les différentes sphères d'existence s'entrepénètrent, les êtres les peuplant peuvent se rencontrer et agir les uns sur les autres dans la mesure où leurs taux vibratoires son sur la même fréquence : lorsqu'une personne angoisse, ses vibrations baisse et elle attire de ce fait les entités correspondantes qui se nourriront de ses angoisses.

Pour s'en défaire, il faut brûler le corps physique du mort et parfois immerger les cendres dans la mer (ou similaire) ou dans le sol.

Ceci est simplement une pratique occulte ayant pour but d'aider « l'âme » à quitter ce monde physique en détruisant le corps charnel qui l'y lie. Le feu purifie (et libère) par la destruction, l'eau par la dissolution et la terre par la putréfaction. Les rites qui se rattachent à cette pratique sont, pour certains, encore pratiqués, sans pour autant que leur réelle raison d'être (c'est-à-dire occulte) soit toujours connue : l'enterrement du défunt, l'incinération, le bûcher funéraire ou encore (comme chez les anciens nordiques) ce dernier mis sur un barque et mis à brûler un fois qu'il s'est éloigné sur l'eau…
On a trouvé dans les tombes des cadavres mutilés, ligotés et la tête décapitée à leurs pieds afin d'éviter qu'ils ne reviennent hanter les vivants.
On retrouve ici le mythe du vampire, ce dernier étant un être qui se nourrit de la force vitale des vivants. Si le sang a été fortement représenté, c'est qu'il est de la force vitale en “concentré”, tout comme les secrétions sexuelles (c'est ainsi que l'on parle des succubes et incubes), pour ce qui est de l'aspect physique et dense.

Parmi les outils utilisés pour le combattre (généralement repris dans le cinéma et la littérature), tout le monde connaît le crucifix. Ce n'est pas autant le symbole chrétien qui rend cet outil opératif, que le charge magique qui y est mise, ce qui sous-entend que la forme du talisman peut varier.
Ce n'est pas un outil qui donne son pouvoir au sorcier (chaman, mage…), mais bel et bien ce dernier qui le rend efficace par sa volonté et sa force occulte.

Le revenant peut se fondre dans le sol et y disparaître. Cela est du a sa nature « éthérée » : ses vibrations étant beaucoup plus rapides que celles de la matière, il passe à travers. Entre chaque particules énergétiques (ce qui nous constitue), il y a du « vide » : l'illusion de la densité n'est du qu'au mouvement vibratoire trop rapide pour être vu par l’œil humain.

Faites le test : mettez votre main devant vous et bougez là de bas en haut le plus vite possible. Vous aurez l'illusion de voir plusieurs mains là où il n'y en a en fait qu'une, ou encore qu'elle se dédouble. Ce n'est pourtant que votre main qui se meut, et même si cela ne se voit pas distinctement, lorsque la main est en haut, en bas il n'y a que du « vide ». Un autre exemple : une personne ayant fortement travaillé sa vue « psychique » (vibrant plus vite que la vue physique, les yeux) arrivera a voir le mouvement énergétique et donc le « vide », ce qui lui permettra de voir à travers un mur.
Ce « vide » peut être vu et donc traversé par un Esprit comme le Draugr.

En définitive, le vide n'existe pas…

Si le revenant a été blessé, on retrouve les mêmes marques sur le corps physique du mort lorsqu'on l'exhume.
Le corps vital ou éthérique est rattaché au corps physique, donc tout ce qui peut lui être fait va se répercuter sur le double charnel. De même, si le corps astral (« l'âme ») est blessé, cela affectera également le corps physique.



Comment éviter le draugr?

La première phrase fait référence à certaines procédures magiques pour écarter ou détruire les mauvais esprits.
La seconde phrase dénote une marque de superstition opérant comme garde-fou, afin que le néophyte ne se lance pas dans les pratiques spirites ou nécromantiques (car les Gongers ne se manifesteraient pas à une personne autre qu'un descendant, d'autre part que ceux-ci décideraient de leur manifestation eux-mêmes). En outre, elle révèle aussi la pratique de consultation des Anciens.

Ce “mal mort” revient hanter ses anciens compagnons si le rituel du banquet (erfi) n'a pas été respecté, rite destiné à libérer le défunt et à attribuer légalement l'ensemble de ses biens à ses héritiers.

A nouveau, on parle ici du rituel destiné à aider les défunt à quitter ce monde harmonieusement et sans heurts, comme le font les sorciers-chamanes, völvas et autres prêtres-lamas, bön-po etc.
Le Draugr ne peut pas réellement nuire à l'homme, à moins qu'il lui en donne le moyen en se soumettant à la peur. Dépassez votre peur et élevez vos vibrations afin de l'écarter de vous : soyez lumineux et rayonnant, le Draugr ne s'intéressera pas à vous et passera son chemin.



Source
avatar
topa
Maîtrise des énergies

Nombre de messages : 3793
Pratiques magiques/ spiritualité : En découverte encore et toujours
Localisation : 44

http://entite-energie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Draugr (entité bas astral)

Message par Hagel le Mer 1 Oct 2008 - 10:00

Ca me rappelle supernatural lol

Ce n'est pas autant le symbole chrétien qui rend cet outil opératif, que le charge magique qui y est mise, ce qui sous-entend que la forme du talisman peut varier.
Ce n'est pas un outil qui donne son pouvoir au sorcier (chaman, mage…), mais bel et bien ce dernier qui le rend efficace par sa volonté et sa force occulte
Hum, mouaif, il y a un truc qui s'appelle les ondes de formes. Si tu as un talisman négatif, toute la charge du monde ne suffirat pas à convertir ses symboles en positif (euh à moins d'être la Source bien sur lol)

Merci pour ce post interressant en tout cas!




GPS du forum: La fonction recherche est une voie prioritaire, la section débuter la bande d'arrêt d'urgence et les dossiers l'autoroute.
avatar
Hagel



Nombre de messages : 33230
Pratiques magiques/ spiritualité : Comprendre

http://www.medium-desenvoutement.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Draugr (entité bas astral)

Message par topa le Mer 1 Oct 2008 - 10:03

Bah en fait je prends plus ça pour de la superstition de campagne (en grande partie), mais je trouvais "marrant" de le lire donc j'ai voulu vous le faire partager, pour moi l'auteur parle avant tout des entités du bas astral et comme on sait dans telle ou telle région ils portent des noms différents.

Voilà, bien sûr je ne suis pas ok avec 100% de l'article mais je trouve cela rafraîchissant. lol
avatar
topa
Maîtrise des énergies

Nombre de messages : 3793
Pratiques magiques/ spiritualité : En découverte encore et toujours
Localisation : 44

http://entite-energie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Draugr (entité bas astral)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum