La Mediumnite Hagel
Connexion

Récupérer mon mot de passe

Derniers sujets
» Rituel du pentagramme de renvoi à la terre
par Lya Lun 20 Nov 2017 - 11:16

» prière et libre-arbitre
par Shijin Mar 14 Nov 2017 - 15:15

» Lecture énergétique
par moatib Dim 12 Nov 2017 - 16:54

» Larvikite
par pati Dim 12 Nov 2017 - 10:26

» Purifier une pierre
par Coeurdedragon Sam 11 Nov 2017 - 21:39

» Recherche bénévole pour tirage
par yohan56 Mer 8 Nov 2017 - 17:25

» Le necronomicon
par Caelina Ven 3 Nov 2017 - 12:33

» Demande de conseil de lecture sur les mystères d'Eleusis
par azural7 Jeu 26 Oct 2017 - 9:30

» Bénévole tirage/exercice tarot Marseille
par Casyope Jeu 19 Oct 2017 - 19:42


Le lotus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le lotus

Message par Hagel le Mer 21 Jan 2009 - 11:50

Bonjour,



En botanique, le lotus, dont le nom dérive du grec lotos par le latin lotus, désigne diverses plantes, arbres, arbustes ou herbes, terrestres ou aquatiques, qui portaient déjà ce nom dans l'Antiquité. Les lotus conservent des feuilles propres grâce à l'effet lotus : les gouttes d'eau glissent le long des feuilles sans s'étaler grâce à des micro-aspérités.

Parmi toutes ces plantes, celle qui correspond au lotus du langage courant est le lotus sacré ou nélombo, Nelumbo nucifera Gaertn., une herbacé aquatique de la famille des Nélumbonacées.

Les différents lotus:

Les différentes plantes qui ont pu être appelées lotus par les auteurs anciens ou modernes, et dont on retrouve la trace dans la nomenclature botanique paraissent être les suivantes :

(noms français ; noms latins vulgaires ; noms scientifiques)

* Lotus arborescents
o Jujubier, arbre des Lotophages ; Lotus, Lotus africanus, Lotophagorum arbor, Lotus sine nucleo ; Ziziphus lotus (L.) Lam. (syn. Rhamnus Lotus L.), Rhamnacées
o Épine du Christ, Jujubier de Palestine ; Lotus paliurus, Paliurus cyrenaïcus ; Ziziphus spina-christi (L.) Desf. (syn. Rhamnus Spina-Christi L.) ; Rhamnacées
o Micocoulier de Provence ; Lotus italica, Celtis ; Celtis australis L. ; Ulmacées
o Plaqueminier, faux-lotier ; Lotus, sive Faba græca ; Diospyros lotus L. ; Ébènacées
* Lotus herbacés aquatiques
o Lotus sacré, lotus indien, fève d'Égypte, lis du Nil ; Lotus sacra, Faba ægyptiaca ; Nelumbo nucifera Gaertn. (syn. Nymphæa Nelumbo L.) ; Nélumbonacées.
o Lotus d'Amérique, lotus jaune ; plante inconnue des anciens ; Nelumbo lutea Willd. ; Nélumbonacées.
o Lotus d'Égypte ou Lotus tigré ; Lotus, sive Colocasium ; Nymphaea lotus L., Nymphaéacées
o Lotus bleu ; Lotus…. (cyaneus) ; Nymphaea caerulea Savigny ; Nymphaéacées
* Lotus herbacés terrestres
o Taro, colocase, chou de Chine ; Colocasium Niliacum olus ; Colocasia esculenta (L.) Schott (syn. Colocasia antiquorum Schott ; Arum Colocasia L.) ; Aracées

À noter que le genre Lotus qui rassemble les lotiers, appartient à la famille des Fabacées et comprend des plantes fourragères communes dans les prairies. Il ne faut donc pas confondre les deux termes.

Lotus dans le bouddhisme:

Dans le bouddhisme la fleur de lotus est emblématique de Bouddha. Dans tout le monde indien on compte de très nombreuses peintures, sculptures et représentations de la fleur de lotus. Ceci est dû à la particularité unique du lotus qui est la seule plante aquatique dont la fleur est au dessus de l'eau contrairement aux nénuphars et autres cousins dont la fleur flotte sur l'eau. Cette image, connotant la légèreté, de la fleur s'élevant au dessus de la surface de l'eau rejoint celle de bouddha si léger qu'il repose comme un chat au dessus du sol.

La symbolique du lotus en bouddhisme relève encore du fait que la graine et la fleur apparaissent ensemble, il s'agit de la simultanéité de la cause (la graine) et de l'effet (la fleur) dans la loi de causalité de l'univers qui est l'un des concept majeur de la philosophie bouddhique. À cela il faut rajouter que le lotus puise sa substance vitale dans la boue pour s'épanouir, en effet, au dessus de l'eau. Ainsi "la boue" représente les souffrances, les troubles, les désirs, qui sont le terreau même de notre épanouissement. Il est donc possible de transformer son karma par l'illumination, l'atteinte de la boddhéité, grâce à notre éveil à la loi de causalité.

Le lotus bleu:

C'est la fleur sacrée dans les religions orientales (bouddhisme, brahmanisme) dans lesquelles les divinités sont représentées sur un trône en fleur de lotus. Le lotus sacré est la fleur nationale de l'Inde.

Noms communs : lotus sacré, lotus des Indes, lotus Magnolia
Synonymes : Nelumbium nelumbo Druce, Nelumbium speciosum Willd.

Il ne faut pas le confondre avec Nymphaea caerulea, le nénuphar bleu, aussi appelé lotus sacré, qui est celui représenté par les hiéroglyphes égyptiens. Le Nelumbo nucifera a été introduit en Égypte par les Perses autour de 500 av. J.-C.. Une autre plante du genre Nelumbo est également cultivée, c'est Nelumbo lutea Willd., le lotus d'Amérique, à fleurs jaunes qui est beaucoup plus rustique que son cousin asiatique.

Utilisation:
C'est une plante ornementale ; il en existe des variétés à fleurs doubles. Plus de 80 cultivars sont connus au Japon. La couleur des fleurs varie du blanc pur au carmin rosé selon les variétés.

Les faux fruits séchés, en forme de pomme d'arrosoir, entrent dans la composition de bouquets secs. C'est également une plante médicinale, utilisée en cosmétique.

Les fleurs, les graines, les jeunes feuilles et les rhizomes sont tous comestibles. En Asie, les pétales sont parfois utilisés comme garniture alors que les grandes feuilles rondes servent d'assiette. En Corée, on prépare des tisanes à base de lotus, telles que yeonkkotcha (연꽃차), faite à partir de pétales séchés de lotus blanc et yeonipcha (연잎차) fait à partir des feuilles. Le rhizome, assez fibreux et insipide, est utilisé comme légume. On l'appelle 蓮藕 liánǒu en chinois (pinyin), ngau en cantonais, bhe dans certaines régions de l'Inde et du Pakistan, renkon (レンコン,蓮根 レンコン) en japonais) et yeongeun (연근) en coréen . On peut en extraire une fécule servant à préparer des potages, le cuire à l'eau et l'ajouter à des soupes, le faire frire, sauter ou braiser. Les pétales, les feuilles et les rhizomes peuvent aussi être mangés crus, mais il y a un risque de transmission de parasites (par ex. Fasciolopsis buski). C'est pourquoi il est recommandé de le consommer cuit.

Les Chinois savent depuis longtemps que les rhizomes de lotus sont excellents pour la santé. Des études récentes ont confirmé que ceux-ci sont riches en fibres, vitamine C, potassium, thiamine, riboflavine, vitamine B6, phosphore, cuivre et manganèse et très pauvres en gras saturés.

Les étamines peuvent être séchées pour en faire une tisane parfumée appelée liánhuā cha (蓮花 茶) en chinois ou pour aromatiser les feuilles de thé au Vietnam. Les graines (akènes) de lotus, appelées liánzĭ (蓮子) en chinois, sont très versatiles et peuvent se manger crues, grillées comme des châtaignes ou séchées et éclatées comme du maïs soufflé. Elles peuvent aussi être bouillies et réduites en pâte, ou combinées avec des longanes séchées pour faire une soupe sucrée appelée tong sui. En y ajoutant du sucre, la pâte de graine de lotus devient un des ingrédients les plus courants de pâtisseries telles que les gâteaux de lune, les daifuku et le pudding de farine de riz. Des graines de lotus appelées Phool Mukhana sont aussi utilisées en cuisine indienne.

Propriétés médicinales:
Le lotus sacré est une plante importante en médecine traditionnelle chinoise. Toutes les parties de la plante sont utilisées. L'extrait du rhizome possède des propriétés anti-diabétique et anti-obésité.

Les graines de lotus sont riches en phénols et possèdent des propriétés antioxydantes significatives.

Aspects culturel et historique:

Le lotus serait originaire du sous-continent indien. Il est largement représenté dans l'architecture et l'art indien, notamment les temples jaïne du Rajasthan. Il est la fleur nationale de l'Inde et du Vietnam ainsi que le symbole du BJP, un parti politique nationaliste indien. Les hindous associent la fleur de lotus (Padma) au mythe de la création, et avec les dieux Vishnu et Brahma, ainsi que les déesses Lakshmi et Sarasvati. Le lotus a toujours été un symbole divin dans la tradition hindouiste. Il est souvent utilisé comme symbole de la beauté divine. Par exemple, Vishnu est souvent décrit comme « celui à l'oeil de lotus ». Le déploiement des pétales du lotus suggère l'épanouissement de l'âme. L'émergence de sa pure beauté à partir de ses origines boueuses représente une promesse spirituelle bienveillante. En Hindi, le lotus est appelé कमल (Kamal) et constitue un nom populaire pour les garçons, ainsi que sa version féminine « Kamala ». Dans l'iconographie hindoue, les divinités sont souvent représentées assises sur une fleur de lotus ou avec une fleur de lotus à la main. Selon le Harivamsa, le lotus est la première des manifestations de Vishnu.

La littérature pouranique et védique fait souvent référence au lotus sacré, par exemple :
Quiconque dans l'action dédie ses œuvres à l'Esprit Suprême, en écartant tout intérêt égoïste dans leur résultat, n'est pas plus atteint par le péché que la feuille de lotus n'est affectée par l'eau.
Bhagavad-Gîtâ verset 5.10

Les Chinois vénèrent le lotus sacré en tant que symbole de pureté et d'élégance, et celui-ci est un thème récurrent dans la poésie chinoise. Dans son classique essai intitulé « A propos de la prédilection pour la fleur de lotus », Zhou Dunyi, philosophe néoconfucéen chinois, déclare : « La fleur de lotus reste totalement pure quel que soit le limon dont elle est issue et elle n'est pas coquette malgré la baignade dans l'eau claire ».

Dans le symbolisme bouddhique, le lotus représente la pureté du corps, de la parole et de l'esprit, comme flottant au-dessus des eaux boueuses de l'attachement et du désir. Le Bouddha est souvent représenté assis sur une feuille ou un bouton de lotus géant. Selon la légende, il serait né avec la capacité de marcher et partout où il mettait le pied, des fleurs de lotus s'épanouissaient.

S'inspirant à son tour de ces croyances hindoues et bouddhistes, la communauté Bahá'í a adopté ce symbolisme dans la conception du Temple du lotus à New Delhi, en Inde.

Aspect magique et symbolique du lotus:
Le lotus est utilisé depuis des siècles pour protéger les richesses et les personnes. C'est un véritable "catalyseur" de pouvoirs psychiques. On en fera donc tout naturellement brûler au cours des séances de divination mais aussi au cours des rituels afin d'intensifier ses actions magiques.
Il est symbole de pureté, d'élévation, de fertilité aussi. C'est une plante qui recouvre énormément de symboles.
Le Lotus symbolise l’atteinte de la boddhéité:
Comme il s’épanouit en puisant sa substance dans la boue de l’étang, il symbolise la capacité pour chacun de transformer son karma “négatif” (souffrance, trouble, désir) en karma “positif” (sagesse, compassion, joie, bienveillance, force vitale...) par l’éveil de son état de bouddha que permet la pratique de Nam Myoho Renge Kyo.
Sa fleur et sa graine se développant simultanément, la fleur correspond à la cause et le fruit à l’effet, ce qui le singularise des autres plantes. Il symbolise ainsi la simultanétité de la cause et de l’effet, la Loi de causalité de l’univers. Renge signifie donc à la foi Lotus et Loi de causalité de l’univers
“Il existe une Loi merveilleuse de simultanéité de la cause et de l’effet, le sage l’a nommée Myoho Renge” (GZ, p.513)

Source: wikipédia lotus plantes, wikipédia lotus sacré, soleil lotus

Bien à vous



GPS du forum: La fonction recherche est une voie prioritaire, la section débuter la bande d'arrêt d'urgence et les dossiers l'autoroute.
avatar
Hagel



Nombre de messages : 33230
Pratiques magiques/ spiritualité : Comprendre

http://www.medium-desenvoutement.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum