La Mediumnite Hagel
Connexion

Récupérer mon mot de passe

Derniers sujets
» Fermeture d'Equinox : merci
par Lamagie Dim 31 Déc 2017 - 0:29

» merci
par Inconnue Lun 4 Déc 2017 - 22:47

» Forum fermé
par Hagel Sam 25 Nov 2017 - 18:01

» Rituel du pentagramme de renvoi à la terre
par Aurum Jeu 23 Nov 2017 - 20:04

» prière et libre-arbitre
par Shijin Mar 14 Nov 2017 - 15:15

» Lecture énergétique
par moatib Dim 12 Nov 2017 - 16:54

» Larvikite
par pati Dim 12 Nov 2017 - 10:26

» Purifier une pierre
par Coeurdedragon Sam 11 Nov 2017 - 21:39

» Le necronomicon
par Caelina Ven 3 Nov 2017 - 12:33


{Divinité} Pangu

Aller en bas

{Divinité} Pangu

Message par topa le Dim 8 Fév 2009 - 8:05





Pangu (traditionnel: 盤古; simplifié : 盘古; pinyin : Pángǔ, Pan kou dans sa forme traditionnelle française) est un personnage de la mythologie chinoise présenté comme le premier être sorti du chaos originel, séparateur du ciel et de la terre, et dont le corps géant est devenu à sa mort le monde et les hommes qui y vivent. C’est également un dieu taoïste, le premier des Trois Purs.

Le Livre des monts et des mers, les Questions au ciel de Qu Yuan et Histoire des empereurs et des rois de Huang Fumi (215-282) qui sont des références essentielles en matière de mythes antiques ne soufflent mot de Pangu. On trouve même dans les Questions au ciel un passage où Qu Yuan, évoquant l’origine de l’univers, affirme que personne ne sait rien à ce sujet, opinion confirmée par Wang Chong (27-97) dans ses Essais critiques. On peut donc affirmer que Pangu était ignoré des auteurs chinois jusqu’au premier siècle de l’ère chrétienne au moins.

L’hypothèse la plus largement partagée est celle de l’influence d’un mythe indien ( peut-être même babylonnien, via la Perse et l’Inde) transmis par le bouddhisme à partir des Han orientaux. Pangu offre en effet une certaine ressemblance avec Purusha, l’homme cosmique.

Qian Zongyi a publié en 1986 une Étude des représentations de Pangu dans laquelle il propose que les plus grands des personnages mystérieux apparaissant entre Nüwa (Déesse créatrice) et Fuxi (Premier des Trois Auguste qui inventa entre autre l'écriture chinoise selon les croyances chinoises) sur les fresques Han représenteraient Pangu (daterait de 194).

Cependant certains pensent et affirment que Pangu était un des Trois Augustes (ou Trois Purs), d'autres qu'il est le Divin Créateur de la Terre et du Ciel , cependant il y a déjà les Trois Augustes (Fúxī (伏羲), Nǚwā (女媧/女娲), Shénnóng (神農 / 神农) qui peuvent être classé dans un ordre différent selon les croyances, cependant pour expliquer brièvement je ne retiens que celle-ci).




Voici les croyances/légendes les plus rencontrées:




* Xu Zheng, Histoire des Trois Augustes et des Cinq Empereurs :

« Le ciel et la terre étaient mélangés comme un œuf de poule ; Pangu était au milieu. Après 18 000 ans, le ciel et la terre se séparèrent, le yáng pur devint le ciel et le yin trouble la terre. Pangu, au milieu, mutait neuf fois par jour, le divin rejoignait le ciel et le démoniaque la terre. Chaque jour, le ciel s’élevait d’un zhang [25], la terre épaississait d’un zhang, et Pangu grandissait d’un zhang. Après 18 000 ans, le ciel était très élevé, la terre très profonde et Pangu très grand ; alors apparurent les Trois augustes. »



* Xu Zheng, Annales des cinq éléments :

« Pangu fut le premier à naître. A sa mort il se transforma : son souffle devint le vent, sa voix le tonnerre, son oeil gauche le soleil et le droit la lune, ses quatre membres les extrémités de l’univers, ses coudes, ses genoux et sa tête devinrent les cinq monts sacrés ; son sang forma les rivières, ses tendons le relief, sa chair les terres arables, ses cheveux les astres, les poils de son corps la végétation, ses dents les métaux et les roches, sa moelle les pierres précieuses et le jade, sa sueur la pluie, et la vermine sur son corps disséminée par le vent devint les hommes. »


Liang Renfang, dans Histoires extraordinaires, rapporte différentes versions : (dans cette version Pangu ou Pan Gu est représenté comme un géant)

* Sa tête devient les quatre monts sacrés, sa graisse les mers et océans.
* Sa tête devint le Mont de l’est, son ventre celui du centre, son bras gauche le Mont du sud, le droit le Mont du nord et ses pieds le Mont de l’ouest ; ses larmes produisirent les rivières, son souffle le vent, sa voix le tonnerre et ses yeux les éclairs. Quand il est content il fait beau, quand il est en colère il fait mauvais.
* Dans les pays de Wu et Chu, Pangu est le nom d’ un couple ; ils sont le premier yin et le premier yang. Prés des côtes du Sud et au pays de Wuyue, on trouve la tombe de Pangu et des temples à lui consacrés, ainsi qu’un « Pays de Pangu » où chacun porte son patronyme.



Autre croyance moins diffusée, la version Pangu et les Dragons du commencement

« Il y a bien longtemps durant une longue nuit sans lune, du haut du mont Céleste, les dragons établirent le canevas caché des choses, semblable à des veines dans la pierre de jade. Ils dessinèrent le cours du fleuve Jaune de manière à cristalliser leur vision dans la réalité. Bien plus tard les empereurs mythiques consignèrent
cette sagesse primordiale et secrète sur des supports de bambou.
« Il est relaté dans ces textes qu’aux temps antiques les dragons furent submergés par un grand déluge et qu’ils durent apprendre à voler. Mais ils retombèrent dans les abysses et furent vaincus par les poissons, les mammifères et les oiseaux. À cette époque, le monde était encore contenu dans une calebasse, mais
bientôt les hommes naquirent et le sang des dragons fut dispersé. L’Adam Pangu fut le premier à naître. Les lignes de force du monde furent cachées et les dragons disparurent, non sans livrer moult batailles.

« Il est dit qu’à ce moment-là les êtres devinrent mortels et que chacun d’eux portait un petit sac contenant les restes du sang des dragons. La clé du monde fut perdue et il devint difficile de contempler les nuées célestes et les veines de la Terre. Seuls les dragons connaissaient le mystère de la trame des choses. Les sages
partirent alors à la recherche de la lumière ensevelie.

« Pangu fut donc le premier être humain, à la fois nain et géant. Son corps étincelait de lumières d’or et d’argent, et sa tête était couronnée de la lumière des étoiles. De son regard émanait le tourbillon du Yin et Yang. Il vécut dix-huit mille ans et ses pouvoirs étaient immenses. Il découvrit enfin le sac contenant le
mystère du monde et trancha son cordon avec son épée de lumière, mais un cataclysme le terrassa. Il s’écroula en arrière, comme un colosse vaincu. De son souffle naquit le vent, sa bouche donna forme aux nuages. De ses yeux, le Yin et le Yang de la nuit et du jour s’exprimèrent. Sa voix fit rouler le tonnerre. Son corps et ses membres formèrent les cinq grandes montagnes et ses veines devinrent les routes et les fleuves. Sa barbe engendra les arbres et sa sueur nourrit la pluie et la douce rosée qui baigne les matins.
Ses larmes engendrèrent des fleuves et son courroux sustenta le tonnerre. Les poux et les puces qui couvraient son corps immense devinrent les êtres humains qui peuplent cette terre.

Sans aucun doute d’origine chamanique, la légende de Pangu se situe aux origines obscures de l’histoire de la Chine et du taoïsme.




Divinité Taoïste

Pangu a été adopté assez tôt comme dieu par le taoïsme, assimilé au premier des Trois Purs ou Vénérable céleste de l' Origine (Yuanshitianzun 元始天尊) ou Pur de jade (Yuqing 玉清).
Identifié à l'essence même de l'univers indifférencié. Après avoir ordonné le chaos originel, il s'unit par la lumière à la Sainte Femme et donne naissance à un avatar de lui-même. Il habite dans le plus haut ciel, le 36e, où les autres divinités viennent lui rendre hommage. A intervalles réguliers les cieux s'écartent et il prodigue son enseignement aux autres grands dieux. Dans les temples il est au centre de la triade, et tient en main la perle qui symbolise le chaos originel. Son anniversaire est fêté le premier jour du premier mois lunaire.

Pangu n’a pas de temple individuel car les Trois Purs sont en principe révérés ensemble, souvent accompagnés d’autres dieux comme l’Empereur de jade. Il est figuré entre les deux autres Purs. Il est en général vêtu d’une tunique de maître taoïste et porte en main la perle qui symbolise le chaos originel. Néanmoins, on lui donne parfois l’apparence de Shennong, jupe et collerette de feuilles, ou une autre tenue d’« homme primitif », cheveux longs et peaux de bêtes par exemple. Des temples dédiés au seul Pangu sous son apparence de « primitif » sont apparus à la fin des années 1970, au début de la reprise légale des activités religieuses.



http://www.chine-informations.com/guide/chine-trois-purs_595.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pangu
Le Chaman Taoïste de Gérard Edde
avatar
topa
Maîtrise des énergies

Nombre de messages : 3793
Pratiques magiques/ spiritualité : En découverte encore et toujours
Localisation : 44

http://entite-energie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum