La Mediumnite Hagel
Connexion

Récupérer mon mot de passe

Derniers sujets
» Fermeture d'Equinox : merci
par luna 7 Lun 14 Mai 2018 - 17:59

» merci
par Inconnue Lun 4 Déc 2017 - 22:47

» Forum fermé
par Hagel Sam 25 Nov 2017 - 18:01

» Rituel du pentagramme de renvoi à la terre
par Aurum Jeu 23 Nov 2017 - 20:04

» prière et libre-arbitre
par Shijin Mar 14 Nov 2017 - 15:15

» Lecture énergétique
par moatib Dim 12 Nov 2017 - 16:54

» Larvikite
par pati Dim 12 Nov 2017 - 10:26

» Purifier une pierre
par Coeurdedragon Sam 11 Nov 2017 - 21:39

» Le necronomicon
par Caelina Ven 3 Nov 2017 - 12:33


Dongyue Dadi

Aller en bas

Dongyue Dadi

Message par topa le Sam 14 Fév 2009 - 16:22

Appelé aussi Tung Yo Tati, T'aiyô tati, Tongyo Tati, Taiyue dadi.

C'est le plus grand des dieux terrestres est le Grand Empereur du Pic de l'Est, Dongyue Dadi 东岳大帝, dieu du Taishan, la grande montagne du Shandong. Dans les catalogues officiels, ainsi que dans les livres taoïstes, il n'est pas isolé : il appartient à un groupe de divinités des montagnes, les dieux des Cinq Pics, qui, depuis le début du XIe siècle, portent tous le titre de Saints Empereurs, Shengdi ; il en est le premier, et les autres sont celui du Pic du Midi, c'est à dire du Hengshan (dans Hengzhoufu, Hunan) ; celui du Pic de l'Ouest, c'est à dire du Huashan (dans Tongzhoufu, Shenxi) ; celui du Pic du Nord, c'est à dire du Hengshan (bien que ce nom paraisse identique à celui du Pic du Midi, il est écrit en chinois par un caractère tout différent, et c'est une autre montagne, située dans la préfecture de Datong, Shanxi) ; enfin celui du Pic du Centre, c'est à dire du Songshan (dans Henanfu, Henan). Mais ce sont là arrangements des lettrés et de religieux épris de symétrie — dès l'antiquité, le seul culte réellement en honneur était celui du Pic de l'Est, de même que de nos jours il est resté le seul vraiment populaire.

Le Grand Empereur du Pic de l'Est est généralement considéré comme une sorte de régent de la terre et des hommes sous l'autorité de l'Auguste de Jade. Mais son principal rôle est de présider à la vie humaine ; c'est lui qui fixe la naissance et la mort, et il a des scribes qui en tiennent registre. Dans les temples qui lui sont consacrés, de nombreuses inscriptions rappellent ce rôle :

A tous les êtres il procure la vie.
Son autorité préside au mécanisme de la vie.


Dans les premiers siècles de notre ère, il était même devenu le dieu des morts : c'est de sa montagne que les âmes des hommes partaient pour aller naître ; c'est à sa montagne qu'elles retournaient, après la mort. On avait même localisé exactement le lieu où elles revenaient, c'était la colline Hao li, au sud ouest de Taian, suivant d'autres, elles partaient de cette colline, où elles recevaient leur destinée à leur naissance, et revenaient après la mort à la colline Sheshen. Et ces idées ont laissé une trace dans les croyances actuelles sur le monde infernal : un des dix rois qui en gouvernent les dix sections porte encore le titre de Seigneur du Département du Pic de l'Est, Taishan fujun ; mais ce titre, qui, au XIIe siècle, paraît avoir réellement désigné le dieu de Taishan ne lui est plus rapporté de nos jours, et personne aujourd'hui ne songe à considérer comme un seul personnage ce petit dieu infernal et le Grand Empereur du Pic de l'Est.

Ce n'est plus que chez les poètes qu'on parle encore de lui comme présidant aux morts : la foi populaire a fait de lui une divinité bien plus importante. Toutes les affaires terrestres lui sont confiées par l'Auguste de Jade, qui s'en remet entièrement à lui ; les enfers dépendent de lui à ce titre, mais ils ne sont qu'une partie de sa vaste juridiction.

Aussi a t il une immense administration sous ses ordres. Une inscription du XIIIe siècle énumère soixante quinze bureaux qui dépendent de lui ; son temple à Pékin, Dongyuemiao, en contient maintenant plus de quatre vingts. En en parcourant la liste, on peut se rendre compte de la variété des attributions de ce dieu. Il s'occupe de tout ce qui concerne la vie sur terre, humaine et animale (il est d'ailleurs impossible qu'il en soit autrement, puisque la naissance animale est un des châtiments des âmes coupables, et que, si ces naissances ne dépendaient pas de lui, le dieu ne pourrait pas suivre toute la carrière des âmes à travers leurs existences successives), non seulement naissance et mort, mais encore destinée, fortune, honneurs, postérité, etc.

Aussi y a t il un bureau d'enregistrement des naissances et un d'enregistrement des décès, un bureau des quatre sortes de naissance (ou, à Pékin, quatre bureaux, un pour les naissances humaines, un pour les naissances chez les quadrupèdes, un pour les naissances par un œuf, un pour les naissances pour transformation), un bureau pour fixer la position sociale élevée ou humble à la naissance, un autre pour distribuer la fortune, un autre pour déterminer le nombre des enfants.

Les actes bons et mauvais des hommes occupent aussi une série de bureaux : bureaux des voleurs, de ceux qui s'approprient injustement le bien d'autrui, des avortements, des empoisonnements, des actes d'injustice, des mérites, de la piété filiale, du loyalisme, de la mise en liberté d'êtres vivants, de la mise à mort d'êtres vivants, de la lecture des livres saints, des actes qu'on cache à sa conscience, etc.

Il y en a d'autres qui sont chargés d'ajuster le destin accordé au moment de la naissance avec les mérites et les démérites acquis au cours de l'existence, bureau de rétribution des bonnes actions, de rétribution des mauvaises actions, de prompte rétribution, d'allongement de la vie, d'enregistrement des bonheurs, d'enregistrement des malheurs, de la diminution du bonheur, etc.

Cinq à six bureaux occupent spécialement des fonctionnaires humains ; d'autres sont chargés des fonctionnaires divins, dieux des Murs et des Fossés, dieux du Sol, dieux des Montagnes, etc. ; d'autres encore, des religieux, bonzes ou daoshi.

Il y en a pour les âmes abandonnées qui n'ont pas de sacrifices ; il y en a pour les démons, pour ceux qui sont morts injustement, pour les vengeances réclamées, pour les enfers ; certains bureaux sont chargés d'envoyer diverses maladies. Enfin il y a des bureaux pour les faits naturels, Département des Eaux, Pluie et Vent, Cinq Céréales, etc.

Pour l'énorme travail que représente la tenue de ces registres, il faut un personnel immense : c'est parmi les âmes des morts qu'il se recrute.
Les inscriptions du XIIIe siècle que mentionnées donnent le nom et le lieu d'origine (dans leur dernière existence terrestre) de tous les directeurs de ces bureaux. Ces directeurs eux mêmes ont dans leurs services des employés subalternes, scribes, teneurs de livres, etc.
Quelquefois les morts n'y suffisent pas, il faut prendre des vivants. Telle était la situation de Shen Sengzhao, dévot taoïste du Ve siècle de notre ère. En général, il vivait comme tout le monde, vaquant à ses occupations ordinaires ; mais, tous les trente jours exactement, le soir venu, il se coiffait d'un bonnet jaune, revêtait un costume grossier, et, après avoir fait quelques cérémonies dans sa chambre, il remplissait les fonctions de secrétaire dans un des bureaux du Pic de l'Est, et, quand il y avait quelque chose à enregistrer dans cette administration, il devait y apposer son cachet. Il se trouvait ainsi au courant de bien des choses surnaturelles, et il lui arrivait parfois de prédire aux gens des événements heureux ou malheureux ; ses pronostics se réalisaient toujours. D'autre part, les morts désignés pour un emploi n'ont pas toujours toute l'expérience nécessaire, et il faut parfois les renvoyer chez les vivants pour faire une sorte de stage. C'est ce qu'un certain Li Xuanzhi expliqua jadis à son frère cadet en ces termes :

« Je suis un spectre et voici mon histoire. J'ai été nommé teneur de livres du Pic de l'Est. Mon prédécesseur ayant été promu à un rang plus élevé, le roi du Pic de l'Est voulut nommer quelqu'un pour le remplacer, mais personne ne se trouvant suffisamment qualifié, il me fit venir et me dit :

« — Vos capacités vous rendent digne de ce poste, mais vous avez trop peu étudié. Allez chez les hommes et instruisez vous auprès de Bian Xiaoxian ; quand vos études seront achevées, vous reviendrez et je vous nommerai. »

C'est de peur que les gens ne soient effrayés de voir un spectre que j'ai pris la forme d'un homme vivant. En moins d'un an mon instruction a été achevée, et j'occupe depuis deux ans le poste de teneur de livres du Pic de l'Est. »



Le Grand Empereur du Pic de l'Est est ordinairement figuré assis, en costume impérial ; ses statues sont aussi impersonnelles que possible, et il se distingue peu de l'Auguste de Jade. En fait, dans le peuple, on n'a guère, dans les maisons, d'images et encore moins de statues d'un aussi grand personnage ; on se contente d'afficher sur les murs son sceau ou des amulettes à son nom, ce qui suffit à écarter les mauvais esprits.

Comme presque tous les dieux, il a une famille ; mais on ne connaît et adore réellement que sa fille, la Princesse des Nuages Bigarrés, Bixia yuanjun, appelée souvent simplement la Dame du Taishan, Taishan niangniang, qui est la protectrice des femmes, en concurrence avec son émule bouddhique Guanyin (Avalokiteçvara), et aussi la patronne des renards, animaux doués de facultés surnaturelles, capables de prendre, dans certaines conditions, la forme humaine et de se mêler aux hommes.


Extrait de Mythologie de la Chine moderne (1928) par Henri MASPERO Source
avatar
topa
Maîtrise des énergies

Nombre de messages : 3793
Pratiques magiques/ spiritualité : En découverte encore et toujours
Localisation : 44

http://entite-energie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum