La Mediumnite Hagel
Connexion

Récupérer mon mot de passe

Derniers sujets
» Lien psychique
par Azerty Ven 23 Sep 2016 - 23:32

» Mabon : Equinoxe d'automne 22 septembre 2016
par lolane Ven 23 Sep 2016 - 18:54

» Bénévole- Message d'une personne décédée
par MarieC. Ven 23 Sep 2016 - 16:27

» [Vie Esotérique - Esoshare] Alcide MORIN
par ayahuascaEsoshare Ven 23 Sep 2016 - 13:30

» Accumulation d'énergie par respiration des éléments (vidéo)
par Azerty Jeu 22 Sep 2016 - 12:24

» Petit test sur les chakras
par Azerty Jeu 22 Sep 2016 - 1:22

» Comment ne pas se vider de son énergie dans la danse contact ?
par Azerty Mer 21 Sep 2016 - 15:52

» Santé : les pierres en soutien ?
par wally Mer 21 Sep 2016 - 0:10

» La clairvoyance
par kadera Mar 20 Sep 2016 - 14:04

Comte de Saint-Germain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Comte de Saint-Germain

Message par Hagel le Jeu 7 Oct 2010 - 9:36

Bonjour,

Comte de Saint-Germain

Le comte de Saint-Germain est un aventurier du XVIIIe siècle, probablement né dans les années 1700-1710 et décédé à Eckernförde (Schleswig) en 1784.

Ses origines
es épisodes plus ou moins précis auxquels se résume notre connaissance de la vie du comte de Saint-Germain, celui de sa naissance n'a pu qu'être conjecturé sur la base de quelques témoignages épars, dont celui de son ami le prince de Hesse-Cassel. Ces témoignages laissent supposer qu'il était l'enfant illégitime du prince François II Rákóczi de Transylvanie et de la princesse Violante-Béatrice de Bavière, de la dynastie des Wittelsbach, et qu'il fut élevé à Florence par Gian' de Medici, beau-frère de la seconde. Quoi qu'il en soit, certains virent en lui le descendant caché de quelque personnalité royale, et dans cette filiation supposée la raison de son intimité avec le roi Louis XV. Ainsi a-t-on pu également reconnaître en lui l'enfant naturel de la reine d'Espagne Marie-Anne de Neubourg, et d'un noble, le comte de Melgar. Ces liens de parenté, dont aucun, encore une fois, n'est avéré, expliqueraient le train de vie aisé qu'il a toujours mené, son éducation et sa culture. En effet, outre ses connaissances certaines en chimie, Saint-Germain est reconnu par ses contemporains, comme un homme de très grand savoir, musicien habile et peintre de qualité.

Un laboratoire d'alchimie au château de Chambord

Saint-Germain quitte Londres en 1746. On perd sa trace pendant 12 ans. Pour certains, il se retire en Allemagne où il se consacre à ses recherches chimiques et alchimiques. Pour d'autres, il voyage jusqu'en Inde et au Tibet : aucune preuve de ces périples n'est avancée, mais on constate plus tard, en effet, que le comte a une profonde connaissance de l'Orient. Il arrive à Paris au début de 1758 et, aussitôt, adresse une requête à Marigny, directeur des Bâtiments du Roi. Il demande qu'une maison royale soit mise à sa disposition afin qu'il puisse y installer un laboratoire et une manufacture, promettant en échange à Louis XV « la plus riche et la plus rare découverte qu'on n'ait faite ». Marigny lui attribue le château de Chambord, grande bâtisse désertée. Saint-Germain installe ses assistants, ses ouvriers et son laboratoire dans les communs.

Pourtant, il est plus souvent à Paris qu'à Chambord. Il se fait présenter à la marquise de Pompadour, qui l'introduit auprès du roi, Louis XV. Celui-ci apprécie immédiatement le brillant personnage qui, très vite devient l'un de ses familiers.

Aimé de Louis XV, et détesté de Choiseul
Si le comte s'est attiré la sympathie du roi, il s'est en revanche aliéné le puissant duc de Choiseul, principal ministre de Louis XV, qui lancera une campagne pour le discréditer. Choiseul paie un amuseur nommé Gauve pour imiter le comte de Saint-Germain et se faire passer pour lui. Gauve parcourt les salons sous l'identité de Saint-Germain et raconte les histoires les plus invraisemblables : il aurait bu avec Alexandre le Grand, il aurait connu Jésus et lui aurait prédit une fin abominable...

Rapidement, la supercherie est dévoilée et Gauve reconnu. Contrairement à ce qu'attend Choiseul, le vrai Saint-Germain n'en sort pas ridiculisé, mais grandi.

Dépité, le ministre doit attendre 1760 pour parvenir à se débarrasser de Saint-Germain, en le faisant accuser d'espionnage [réf. souhaitée]. Tombé en disgrâce, le comte se réfugie aux Pays-Bas. Dans les années suivantes, on le signale en Angleterre, en Italie, en Russie, en Saxe et en Prusse : partout il cherche à monter des recherches sur les pigments et les couleurs.

La mort de Saint-Germain

En 1766, il se met sous la protection du roi de Prusse Frédéric II mais le quitte l'année suivante. Il arrive enfin à Gottrop, sur la Baltique, où il est hébergé par le prince de Hesse-Cassel. Il meurt le 27 février 1784 à Eckernförde, dans le Schleswig, âgé de 93 ans selon son hôte, qui fut sans doute aussi son principal confident.

La légende
Saint-Germain, personnage exceptionnel qui, amusé par les rumeurs, ne les a jamais démenties, reste dans l'histoire car il symbolise le plus vieux rêve de l'homme : l'immortalité.

Il était habillé de vêtements couverts de bijoux, n'absorbait que des pilules, du pain et du gruau et parlait et écrivait le grec, le latin, le sanscrit, l'arabe, le chinois, le français, l'allemand, l'anglais, l'italien, le portugais et l'espagnol. Il peignait et, virtuose au clavecin et au violon, il composait aussi de la musique. Il aurait été très versé en chimie et alchimie. Les gens de l'époque croyaient qu'il avait accompli le Grand Œuvre alchimique qui apporte l'immortalité. On lui attribue d'ailleurs l'ouvrage d'alchimie La Très Sainte Trinosophie, mais cela n'est pas prouvé et souvent contesté. Il avait une grande passion pour les pierres précieuses, dont il avait toujours de grandes quantités, souvent d'une grosseur extraordinaire, et affirmait détenir un secret permettant de faire disparaître les défauts des diamants.

Les croyances populaires lui prêtaient le souvenir de ses vies antérieures et une sagesse correspondante : il aurait disposé d'un élixir lui ayant donné une vie très longue, de deux à quatre mille ans d'après lui, ce qui lui permettait de raconter les noces de Cana ou les intrigues de la cour de Babylone. Dans une lettre du 15 avril 1760 à Frédéric II, Voltaire disait de lui « C’est un homme qui ne meurt point, et qui sait tout » et Frédéric II l'appelait « l'homme qui ne peut pas mourir ». Chamfort semble sur ce point plus modéré puisqu'il rapporte seulement que, si l’on demandait à son domestique : « Est-il vrai que votre maître a trois cents ans ? », l’homme répondait : « Je ne puis vous le dire : il n’y a que cent ans que je suis à son service. »

Le compositeur Rameau se souvenait d'avoir vu Saint-Germain en 1701. La comtesse de Cergy l'avait vu à Venise, où elle était ambassadrice 50 ans plus tôt.

Ce sont en réalité les manières et l'originalité de Saint-Germain, et notamment sa façon de conter l'Histoire de France comme s'il en avait connu les protagonistes (François Ier et consorts), qui lui valent dans les années 1750 certaines faveurs auprès de quelques représentants de la cour, à commencer par Madame de Pompadour. Plusieurs extraits des Mémoires de Casanova corroboreront l'idée selon laquelle le comte « témoignait » effectivement avec beaucoup de réalisme des époques les plus reculées (une anecdote est donnée dans laquelle le comte laisse croire à sa présence au Concile de Trente). Saint-Germain est aussi présenté par Casanova comme « savant, [parlant] parfaitement la plupart des langues ; grand musicien, grand chimiste, d'une figure agréable ». Son intérêt pour la recherche de moyens propres à augmenter la durée de la vie humaine A aussi pour effet d'augmenter les rumeurs courant déjà sur sa longévité supposée hors du commun.

Il convient aussi d'insister sur le rôle du comédien Gauve (alias "milord Gor", ou "Gower", ou "Qoys"), mentionné ci-dessus, se faisant passer pour le Comte dans les quartiers populaires de Paris, dans l'édification de la légende. Ce dernier, qui décrit avec force détails et persuasion de soi-disant entrevues avec le Christ et certaines figures de l'Antiquité chrétienne, contribue grandement à la naissance et à l'amplification de la rumeur d'immortalité. Jean-Pierre-Louis de Luchet, inventeur, dans ses Mémoires authentiques pour servir à l'histoire du comte Cagliostro (Berlin, 1785), d'une rencontre aussi baroque que fantasmagorique entre Saint-Germain et Cagliostro, mentionne également ce lord Gor, ou Gauve, qu'il assimile abusivement au comte.

Obligé de fuir la France en 1760 sous la pression de sombres affaires, ce dernier voyagea en Prusse, Russie, Italie, Angleterre, et Autriche (où on le vit souvent à Vienne, « quartier général des Rose-Croix ») et s'arrêta finalement à la cour du landgrave de Schleswig-Holstein, alchimiste fervent.

Des hypothèses ont circulé sur ses actions d'espionnage, mais au profit de qui ? Il aurait été au moins agent triple, tandis que diverses allégations rapportent son attachement au principe monarchique ou même à l'hégémonie allemande rosicrucienne.

Selon la marquise de Créquy, il soutira cent mille écus en quatre ans à Madame d'Urfé, pour la cabale et la pierre philosophale. Casanova a raconté son entrevue à La Haye avec le Comte, vêtu d'un costume d'Arménien, le même que l'on prêtait au Juif errant, autre incarnation du mythe de la longévité perpétuelle, mythe qui disparut incidemment au XVIIe siècle. Mais Casanova soupçonna le Comte de prestidigitation et d'imposture.

Goethe aurait été un de ses disciples. Napoléon III, initié aux Carbonari (« maçonnerie » du bois) s'intéressa au Comte de Saint-Germain et chargea la police de rassembler aux Tuileries tous les indices possibles le concernant. Ce dossier aurait brûlé lors de l'incendie qui ravagea ce Palais parisien en 1871, ce qui fait qu'il ne reste presque plus aucune trace de l'identité réelle ou prétendue de Saint-Germain.

Plusieurs auteurs joueront assez vite un rôle dans la propagation d'une légende qui dépassera bien vite la réalité historique. Etteilla affirme notamment, lorsque les journaux annoncent la mort du Comte, qu'il y a eu confusion sur l'identité réelle du décédé, que le vrai Comte de Saint-Germain, son maître direct depuis vingt ans, vrai cabaliste et magicien hermétiste, auteur de L'entrée au palais fermé du roi (1645), est toujours en vie, habite en Amérique, et se porte à merveille .

Quelque assertions de l'abbé Barruel entretiendront par la suite la légende sur l'immortalité de Saint-Germain, après maîtrise de la métempsychose. Mademoiselle Lenormand n'accrédite pas moins l'idée de sa survivance durant le Premier Empire, et le baron de Gleichen, en ses Souvenirs (Denwürdigkeiten, 1847), défendra l'idée d'un comte de Saint-Germain ayant vécu depuis l'Antiquité.

Le comte de Saint-Germain inspira par la suite de nombreuses œuvres de fiction jusqu'à l'époque contemporaine, et devint aussi une figure importante au sein de la Société théosophique où l'on finit par le considérer, entre autres, suite à une vision de la médium Annie Besant, comme la réincarnation de Christian Rosenkreutz et de Francis Bacon.

source

Bien à vous



GPS du forum: La fonction recherche est une voie prioritaire, la section débuter la bande d'arrêt d'urgence et les dossiers l'autoroute.

Hagel



Nombre de messages : 32787
Pratiques magiques/ spiritualité : Comprendre

http://www.medium-desenvoutement.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comte de Saint-Germain

Message par isabelange le Jeu 7 Oct 2010 - 12:58

bonjour hagel, ptite question on parle bien du meme st germain ? Maitre Ascentionné st-Germain ? Ou je me trompe..

isabelange
Energie libre

Nombre de messages : 25
Pratiques magiques/ spiritualité : aucune pratiques magiques pour le moment mais je suis dans la paix et dans l'amour....
Localisation : auvergne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comte de Saint-Germain

Message par Hagel le Jeu 7 Oct 2010 - 13:03

Les maitres ascensionnés, j'y connais rien /D donc j'en sais rien,
là je parle d'un alchimiste réputé, qui a quelques légendes ésotériques à son actif Wink

Bien à toi



GPS du forum: La fonction recherche est une voie prioritaire, la section débuter la bande d'arrêt d'urgence et les dossiers l'autoroute.

Hagel



Nombre de messages : 32787
Pratiques magiques/ spiritualité : Comprendre

http://www.medium-desenvoutement.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comte de Saint-Germain

Message par isabelange le Jeu 7 Oct 2010 - 13:09

ok dac ! Parceque avant d'etre un maitre, st-germain a été un etre humain sur cette belle terre.. Voilà juste pour info jap

isabelange
Energie libre

Nombre de messages : 25
Pratiques magiques/ spiritualité : aucune pratiques magiques pour le moment mais je suis dans la paix et dans l'amour....
Localisation : auvergne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comte de Saint-Germain

Message par Wélindé le Sam 7 Mai 2016 - 18:04

Vous aviez vu ça?
https://www.youtube.com/watch?v=wiT_Dtitn-U
Le revoilà en 1972 Very Happy

(je recherchais des infos sur le comte de saint germain car il apparait dans une série que je regarde!)

Wélindé
Petit courant énergétique

Nombre de messages : 204

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comte de Saint-Germain

Message par Invité le Sam 7 Mai 2016 - 18:21

@isabelange a écrit:bonjour hagel, ptite question on parle bien du meme st germain ? Maitre Ascentionné st-Germain ? Ou je me trompe..  

en effet, c'est lui que le New age cite comme ascensionné et qui a été repris par une branche du Reiki mais dans le reiki, il ne fait pas référence.
si on lit avec attention le résumer trés bien fait de Hagel,on constate qu'il y a tromperie sur la marchandise.

ce monsieur avait d'extraordinaire que son bagou et son"magnétisme" .
de plus il a eu la chance incalculable de faire des rencontres et d'utiliser les récits des voyageurs rencontrés pour son compte.
l'orient commençait à l'époque à plaire dans la haute aristocratie.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum