La Mediumnite Hagel
Connexion

Récupérer mon mot de passe

Derniers sujets
» [Ouvert] Bénévole : Proposition de séance (médium, voyance)
par Florine31 Aujourd'hui à 19:07

» Questions sur les sensations en magnetisme
par FlyingFox Mar 15 Aoû 2017 - 23:17

» Recherche bénévole pour tirage
par Sushie Mar 15 Aoû 2017 - 23:11

» Invisibilité énergétique & magique
par Aurum Mar 15 Aoû 2017 - 21:15

» La fonte des bougies (rapidité, lenteur)
par Aurum Mar 15 Aoû 2017 - 21:04

» Outil: La baguette magique
par Smaëir Mar 15 Aoû 2017 - 17:01

» Hypnose et vie anterieure
par Marc Arthur Dim 13 Aoû 2017 - 22:19

» Proposition de tirage
par Isil Sam 12 Aoû 2017 - 9:02

» [Ouvert]Bénévole : Proposition de ressentis
par animus Jeu 10 Aoû 2017 - 0:56


De l'usage de la confession

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

De l'usage de la confession

Message par vendredi le Ven 17 Mai 2013 - 13:07

De l'usage de la confession
Définition :
La confession est un acte de pénitence consistant à reconnaître ses péchés devant les autres fidèles (confession publique) ou devant un prêtre (confession privée).
Dans ce sens, la confession est un sacrement pour les Églises anglicane, catholique, orthodoxe, suédoise et vieilles orientales. Elle est individuelle et privée.
À son issue, le prêtre accorde ou non l'absolution, c'est-à-dire le pardon et la remission des péchés du fidèle. Ce pouvoir lui est conféré en vertu de la succession apostolique. Le prêtre est tenu au secret pour tout ce qui lui a été révélé au cours de la confession. Il n'a de sens qu'accompagné de repentir.

Plus précisément, la confession des péchés est l'une des quatre étapes du sacrement de pénitence et de réconciliation :

1 - Examen de conscience, accompagné de repentir
2 - Confession des péchés
3 - Absolution par le prêtre
4 - Satisfaction (ou pénitence)

Depuis le deuxième concile de Vatican, dans l'Église catholique, la confession, ou sacrement de pénitence, a été renommée "sacrement de réconciliation" (même si le terme pénitence est encore largement utilisé). Plus que sur la confession des péchés en tant que telle, l'accent est mis ainsi sur "le retour à Dieu", la "réconciliation avec Lui", le repentir.
Dans le protestantisme :
Les réformateurs prennent leur distance vis-à-vis de la confession auriculaire pratiquée dans l'église médiévale : ils pensent qu'elle ne peut pas être obligatoire, qu'il n'est pas indispensable de la faire à l'oreille d'un clerc (un laïc chrétien peut tout à fait recevoir la confession), et qu'il est absurde de faire résider le pouvoir de pardonner dans la personne du prêtre. La personne qui reçoit la confession n'est qu'un "ministre", un intermédiaire pour affirmer/confirmer ce que la Bible, Parole de Dieu, promet.. Mais ni Luther ni Calvin ne prend de décision formelle pour abolir la confession privée des péchés, au contraire ils l'estiment utile pour rassurer les fidèles qui auraient de la peine à recevoir l'assurance du pardon par la simple écoute de la prédication.

Dans son Petit Catéchisme, Luther faisait de la confession en tant que telle le sujet du « sixième point fondamental » :
« La confession comprend deux choses : d'abord, on doit avouer ses péchés ; ensuite on doit de la bouche du confesseur recevoir l'absolution ou rémission des péchés comme si elle venait de Dieu lui-même, et croire sans aucun doute qu'ainsi les péchés sont réellement pardonnés devant Dieu. »
Ce catéchisme est toujours en vigueur dans toutes les Églises luthériennes.
Dans la plupart des mouvements protestants, la confession est considérée comme faisant partie de la relation normale que chacun entretient avec Dieu. Plus que le simple fait de le dire (quoique, psychologiquement et spirituellement, cf. Psaume 51, cela permette d'être libéré), la confession devant Dieu est la reconnaissance de ses propres fautes (qui manifestent une rupture avec Dieu) et l'acceptation de son pardon. Il est important de s'entendre dire ce pardon par un frère ou une sœur : c'est un des rôles du pasteur, en privé ou en chaire.
Le sacrement de réconciliation :
Il ferait oeuvre de guérison et de salut. Dans l’évangile de saint Marc au chapitre 2, on voit Jésus qui pardonne ses péchés au paralytique et lui rend la santé du corps. Dans l’évangile de saint Jean au chapitre 20 : « Le soir de Pâques, le Seigneur Jésus se montra à ses apôtres et leur dit : “Recevez l’Esprit Saint. Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis. Ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus.” »
Quelle que soit la manière dont il est célébré, le sacrement de la réconciliation comporte toujours l’aveu de son péché et l’absolution donnée par le prêtre. Mais l’aveu y est toujours secret et le pardon est toujours le même : « Je te pardonne tous tes péchés, au Nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit », ce qui est comme une reprise de la formule prononcée, celle-ci une fois pour toute : « Je te baptise au Nom du Père, et de Fils, et du Saint Esprit. »
Ce sacrement doit s'accompagner d'une contrition parfaite :
"La contrition perfectionnée par la charité réconcilie l’homme avec Dieu, avant même la réception du sacrement de Pénitence."
Concile de Trente, Session 14, chapitre 4.

"Tous les maux sont enlevés quand la charité règne dans un cœur."
Saint Jean Chrysostome.

"La véritable conversion ne souffre pas de retard, puisque l’Esprit-Saint a dit : Quand le repentir gémissant te tournera vers Dieu, tu seras sauvé."
Saint Léon.
Saint Thomas enseigne : "Quelle que petite que soit la contrition, elle remet tout péché".

l'examen de conscience, la contrition parfaite suivie de la demande sont les fondements de la confession.
De nos jours, la médecine soigne nos douleurs qu'elles soient physique ou psychique et l'exercice de la confession est délaissée bien que la société juge, encadre de ses loies nos actes, les sanctionnent et exigent des confessions publiques de la part de ceux qui trangressent ses règles. L'aveu est la preuve des preuves et la recherche de la vérité doit permettre à la justice de travailler.
A l'heure où il est question de réintroduire la morale dans l'enseignement, je me pose la question des bienfaits de la confession et de la contrition qui redonnait espérance aux âmes blessées.
Les hommes paient leurs dettes à la société et la démarche spirituelle qui peut aider l'âme à guérir ait laissé aux mains de la médecine et de la justice, qui contrôlent et oblige à des soins.
Nous cherchons toujours et encore la loi divine à laquelle notre âme est soumise, pour espérer donner un sens à notre existence, pour qu'elle ne soit pas "sans foie, ni loi", sans toit ni loi, sans protection aucune.

Sources : Wiki - Paroisse de Paris


Dernière édition par vendredi le Ven 17 Mai 2013 - 13:10, édité 1 fois (Raison : source)
avatar
vendredi
Maîtrise des énergies

Nombre de messages : 2238
Pratiques magiques/ spiritualité : raja yoga

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'usage de la confession

Message par Minervalis le Ven 17 Mai 2013 - 13:58

Au point de vue sociologique, l'invention de la confession, comme celle du péché dont elle est la conséquence, est une invention géniale de contrôle des consciences et donc des masses: ce n'est pas pour rien que les maoïstes en ont repris le principe avec leur fameuse "auto-critique" tellement à la mode dans les années 60.
avatar
Minervalis
Recherche de la maîtrise des énergies

Nombre de messages : 1628
Pratiques magiques/ spiritualité : Runes, Rêves
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'usage de la confession

Message par OAK le Ven 17 Mai 2013 - 17:07

C'est exactement ce que je disais à un prêtre, en toute amitié... Les c******* que j'ai faites c'est entre Lui et moi. Personne d'autre.
avatar
OAK
Energie libre

Nombre de messages : 34
Pratiques magiques/ spiritualité : Cartomancie, runologie, médiumnité, magnétisme, méditations

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'usage de la confession

Message par vendredi le Ven 17 Mai 2013 - 19:30

Les représentant des églises s'octroient ce pouvoir, que l'on peut le mettre en parrallèle avec la justice divine armée de certains régimes politiques (qui pratiquent le lavage de cerveau idéologique).
Je voulais simplement laisser entendre que l'intermédiaire physique n'était que le support.
Je partage le point de vue de beaucoup concernant l'image culpabilisante véhiculée par l'idéologie judéo-chrétienne (connais pas bien les autres).
La confession peut être intime comme une prière qui vient du coeur.
avatar
vendredi
Maîtrise des énergies

Nombre de messages : 2238
Pratiques magiques/ spiritualité : raja yoga

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'usage de la confession

Message par Invité le Mar 21 Mai 2013 - 9:33

Boris Cyrulnik avait écrit un livre intéressant sur la sociologie, "mourir de dire la honte".

J'ai tendance à voir d'un bon oeil la confession pour ma part, lorsqu'il s'agit d'avoir une tierce personne à qui confier ses travers, cela peut faitre du bien à celui qui parle.

Bon après ca perd tout son sens si on "force" la personne à se confier.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'usage de la confession

Message par dalbano le Mar 21 Mai 2013 - 12:47

dans la religion musulmane ,les fidéles doivent utiliser le chapelet pour se repentir.il n y a pas d'intermédiaire entre les fidéles et la divinité concernant la confession.

le soufisme qui est la tradition ésotérique , c'est la meme chose mais un peu plus poussé. le fidèle fait une introspection sur lui meme.

a vrai dire la confession peut etre bénéfique en tant que psychothérapie ,
mais il faudrait que la personne soit intègre .
avatar
dalbano
Petit courant énergétique

Nombre de messages : 86
Pratiques magiques/ spiritualité : meditations
Localisation : au dela de l'horizon

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'usage de la confession

Message par korian le Mar 21 Mai 2013 - 16:21

Bonsoir,
La confession n'est elle pas un mirroir psychique?
délégué certes, simplifié et souvent pas intègre mais le principe est la non?
avatar
korian
Petit courant énergétique

Nombre de messages : 79
Pratiques magiques/ spiritualité : meditation

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'usage de la confession

Message par vendredi le Mar 21 Mai 2013 - 17:20

@korian a écrit:Bonsoir,
La confession n'est elle pas un mirroir psychique?
délégué certes, simplifié et souvent pas intègre mais le principe est la non?

Je dirais plutôt que le miroir serait l'examen de conscience et que si la confession est déléguée, simplifiée et pas intègre, ce n'en est pas une.
avatar
vendredi
Maîtrise des énergies

Nombre de messages : 2238
Pratiques magiques/ spiritualité : raja yoga

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'usage de la confession

Message par Hagel le Mar 21 Mai 2013 - 18:19

Bonsoir,

techniquement d'un point de vue énergétique, ça peut être une façon de se décharger mais "l'absolution" totale n'est pas possible (selon mon point de vue se basant sur la circulation des énergies)

Miroir psychique: se confesser ne veut pas forcément dire se regarder en face /D

Bien à vous



GPS du forum: La fonction recherche est une voie prioritaire, la section débuter la bande d'arrêt d'urgence et les dossiers l'autoroute.
avatar
Hagel



Nombre de messages : 33223
Pratiques magiques/ spiritualité : Comprendre

http://www.medium-desenvoutement.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'usage de la confession

Message par Ludmila le Mar 21 Mai 2013 - 19:36

C'est sur que ce n'est pas forcément ce regarder en face...

Le but ultime de la confession, doit être la pardon, dire ce que l'on a sur le cœur pour se dégager des vieilles rancœurs au final la psychothérapie c'est la même chose on reconnait le pardon, on dit souvent la guérison est dans le pardon...
Ce n'est pas vrai pour tous les maux mais apparemment c'est essentielle et en fait partit !!!
Encore faut-il savoir pardonner car si il ne viens pas du fond du cœur ça ne change pas grand chose...
avatar
Ludmila


Nombre de messages : 191
Pratiques magiques/ spiritualité : apprendre et comprendre :/plante/purifications

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'usage de la confession

Message par korian le Mar 21 Mai 2013 - 21:03

Miroir psychique: se confesser ne veut pas forcément dire se regarder en face /D
d'accord avec toi Hagel en confessant tu délègues l'analyse de la faute et le cout du pardon, tu ne travailles pas l'émotion et le progrés, c'est comme une remise à zéro sans travail.
a mon sens l'évolution ne peux avoir lieu que dans cet audit interne, mais d'un point de vue purement religieux le miroir psychique ne prône pas forcément la bonté non?
tu peux très bien arrivé à un équilibre énergétique en fautant non?
Faux ou pas Hagel?
bonne soirée
avatar
korian
Petit courant énergétique

Nombre de messages : 79
Pratiques magiques/ spiritualité : meditation

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'usage de la confession

Message par Hagel le Mar 21 Mai 2013 - 21:14

qu'es ce qu'une faute? il faudrait déjà définir et on tombe dans le dogme et donc dans la considération religieuse.

je pense au contraire que la confession est censé amener celui qui se confesse à dévider la faute par sa compréhension (mental) et son affliction (émotion). Mais confesser pour confesser...c'est parler dans le vide. Tout l'intérêt est de "confesser" (à soit ou à autrui) en faisant une descente des énergies (un acte de Parole, pas de parole)

Après, concernant le miroir psychique, ça n'est pas religieux, c'est un acte pratique: faire face à soit. Tu peux le faire en psychologie, sans passer par l'éso et l'éso n'est pas forcément religieux ^^

Bien à toi



GPS du forum: La fonction recherche est une voie prioritaire, la section débuter la bande d'arrêt d'urgence et les dossiers l'autoroute.
avatar
Hagel



Nombre de messages : 33223
Pratiques magiques/ spiritualité : Comprendre

http://www.medium-desenvoutement.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'usage de la confession

Message par Invité le Mar 21 Mai 2013 - 21:50

J'avais lu quelques choses d'intéressant, sur la confession dans La lumière sur le Royaume de Moryason.
Dans les rites Chrétien, il est possible de confesser les pécher d'autrui ou vise versa.
Il y a des phrases à dire, qui connecte à un réservoir d'énergie disponible pour l'humanité, qui permet de soulager le karma si c'est possible. (d'après Moryason)
Il y a d'autre choses intéressantes dans sont livres, j'avais bien aimé la vision Chrétienne en dehors de l'église.

Pour ce qui est de la faute, je pense qu'il n'y a que soit même qui se juger, car qui serions nous si nous jugions?


avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'usage de la confession

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum