La Mediumnite Hagel
Connexion

Récupérer mon mot de passe

Derniers sujets
» Bénévole- Message d'une personne décédée
par MarieC. Hier à 21:49

» Lien psychique
par moatib Hier à 19:23

» baguette de thérapeute en cristal
par chocomuse Hier à 11:48

» LIVRE ASTROLOGIE
par chocomuse Hier à 11:32

» L'odorat astral
par Isil Mar 27 Sep 2016 - 22:16

» Evénements astronomiques
par etoilelointaine Mar 27 Sep 2016 - 11:56

» Psaume 91
par sabrinaluna Mar 27 Sep 2016 - 11:25

» Bougie: utilisation en magie et rituel
par Ellinor Mar 27 Sep 2016 - 7:00

» Le voyage astral
par sabrinaluna Lun 26 Sep 2016 - 22:45

Voix du corps: Dossier du mois de mai2014 sur la danse dans les pratiques ésotériques et spirituelles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Voix du corps: Dossier du mois de mai2014 sur la danse dans les pratiques ésotériques et spirituelles

Message par Hermine le Jeu 22 Mai 2014 - 11:55

Voix du corps

Dossier du mois de mai 2014
La danse dans les pratiques ésotériques et spirituelles

http://www.lotussculpture.com/mm5/graphics/00000001/1-nataraja-statue.jpg


Depuis que les premiers hommes ont compris qu'ils pouvaient battre une cadence en frappant dans leurs mains, la danse a fait partie intégrante de la vie des peuples de la Terre, et par conséquent également de leur vie spirituelle et magique.

« Avec la danse des éléments naquit à son tour la danse qui symbolise l'union des éléments. La ronde des étoiles, les constellations des planètes reliées aux astres fixes, l'ordre et l'harmonie de tous les éléments reflètent la danse originelle du temps de la création. La danse est le plus riche des dons faits à l'homme par les muses. Grâce à son origine divine, elle a sa place dans les mystères, est aimée des dieux et pratiquée par les hommes en leur honneur. » Lucien, poète grec IIe siècle
La danse est d'abord l'expression de la voix du corps, le corps qui rampe, saute, plie et s'essouffle, et d'où jaillit l'euphorie du bonheur de vivre, tout comme l'effroi de la mort. Elle est l'expression de l'étonnement foudroyant de la prise de conscience de sa propre existence et de celle du Monde, de son commencement et de sa fin. Elle est aussi le symbole  organique des mouvements de la Nature que l'être humain fait vivre au travers de la multitude des gestes, reproduisant à son échelle l'enchaînement inéluctable des cycles. Elle est la manifestation de notre pouvoir créateur, de notre capacité à faire vibrer l'instant présent, la gesticulation d'une goutte d'eau dans l'océan.

Tel Nataraja Shiva tranchant du plat de son pied une brèche dans le tissus cosmique de laquelle se déverse les merveilles et les horreurs du monde. Il ouvre, il referme, attire et rejette, exprimant la ronde de la création et de la destruction, essence même de la Vie.

« Mais Nataraja ne fait que danser. Son jeu est un jeu impartial de la mort et de la vie, des méchants comme des bons. Dans son bras droit supérieur, il tient le tambour qui appelle l'être hors du non-être. Ran-tan-plan - la retraite de la création, la diane cosmique. Mais regardez maintenant la plus élevée de ses mains gauches. Elle bandit le feu qui détruit sur-le-champ tout ce qui a été créé. Qu'il danse comme ceci - quel bonheur ! Qu'il danse comme cela - et hop, la souffrance, le hideux effroi, la désolation ! Et puis, hop, bondit et saute. Hop, la santé parfaite. Bondit dans le cancer et la sénilité. Saute hors de la plénitude de la vie vers le néant, et hors du néant vers la vie de nouveau. Pour Nataraja, tout est jeu, et le jeu est une fin en soi, éternellement vain. Il danse parce qu'il danse, et la danse est son maha-sukha, sa béatitude infinie et éternelle. Béatitude éternelle ? » Aldous Huxley, Île

La danse n'est pas nécessaire à la survie biologique de l'être, elle n'a pas d'utilité propre, et pourtant, elle est présente dans toutes les cultures du globe. Alors, par soucis de synthèse, j'ai choisi de couvrir quatre exemples qui vous donneront une idée des manières dont elle peut être employée :

a) les danses chorégraphiées du bouddhisme tibétain qui ont un but similaire à la méditation mais dont l'effet touche autant le danseur/méditant que les spectateurs ;
b) les danses dionysiaques des Ménades qui recherchaient la transe pour communier avec leur dieu ;
c) les danses des féticheuses de Côte-d'Ivoire qui leur permettent de guérir et de communiquer avec les esprits via l'usage de la transe ;
d) les danses funéraires de l'Egypte Antique servant à honorer et à guider les morts dans l'au-delà.

Je parlerai enfin des applications que l'on peut en faire, notamment en magie du chaos, et j'achèverai par une partie inspirée de mon expérience personnelle.


Bouddhisme tantrique tibétain:

Les danses sacrées (tcham) du bouddhisme tibétain, telles qu'elles sont pratiquées au Népal dans le monastère de Shéchen, sont une méditation en mouvement qui a pour but d'apaiser les émotions plutôt que de les exacerber, ainsi que de chasser les mauvaises influences.  Elles sont vues comme des dons spirituels faits à la communauté monastique en vue de les libérer des poisons de l'âme par le biais de la vue et de l'ouïe.

Les pas de ces danses n'ont rien de fortuit, ils sont parfaitement calibrés, fruits d'une longue tradition, et les meilleurs danseurs sont aussi les méditants les plus avancés.  On considère que les danses ont été intégrées dans cette religion pour la première fois par le Gourou Padmasambhava venu d'Inde au Tibet au IXe siècle pour y répandre le bouddhisme. Les chorégraphies sont communiquées aux moines lors de transes méditatives visionnaires, c'est par ce moyen uniquement que des danses sont ajoutées au répertoire. Ces évènement extrêmement rares possèdent une grande importance et sont vus comme porteurs d'enseignements qui sont communiqués quand la maturité suffisante pour les recevoir a été atteinte par la communauté. On parle de trésors révélés.

Il ne s'agit pas uniquement de la représentation gestuelle d'idées ou de symboles, mais d'une recherche de transcendance de la dualité inhérente à l'attachement à l'ego, et donc une expérience directe de la paix intérieure. C'est une expérience de la ''vision pure'', Vajarayana, le Véhicule de Diamant, le fait de voir que tous les êtres animés et inanimés et tous les phénomènes ne sont que l'expression d'une même réalité.

Ces danses sont effectuées lors de fêtes spirituelles, ganachakra, lors desquelles le monastère est ouvert à la communauté bouddhiste. Le festival de la Lune du Dixième jour célèbre les Huit Manifestations de Padmasambhava, c'est une des célébrations les plus importantes de l'année qui accueille des milliers de fidèles. Les moines prennent part à des rituels qui s'étalent sur plusieurs jours et dansent, portant des costumes et masques très variés, pendant des heures entières. Les danses présentées participent  à l'évolution spirituelle de tous, acteurs comme spectateurs.

« Leur attente et leur foi implicite, leurs réactions et leurs émotions spontanées semblent créer une sorte de conscience intégrée dans laquelle les acteurs et les spectateurs se fondent et s'élèvent à un niveau d'expérience spirituelle qui autrement leur aurait été inaccessible. » Lama Govinda
Les tableaux chorégraphiques s'enchaînent pour exprimer divers états de l'esprit, comme la transcendance d'un mental agité ou au contraire une danse silencieuse symbolisant le calme intérieur, ou diverses divinités.  Les danseurs imitant des divinités dissolvent leur identité propre pour se fondre dans celle de la divinité dans un effort conscient pour communiquer l'extase de l'éveillé, là où toutes les différences s'effacent.

C'est pour cette raison que les moines danseurs se doivent d'être expérimentés en méditation, car de cette expérience déprendra leur capacité à exprimer avec précision les mouvements dans un état d'équilibre entre contrôle et lâcher-prise, ainsi que de déterminer leur aptitude à comprendre le sens profond des danses. Comme l'expérience de la méditation ne peut se transmettre directement à autrui, la danse se fait aussi enseignement.

En spoiler, un vidéo montrant ces danses:

Spoiler:


Ménades et danses dionysiaques:

Dans la Grèce Antique, les Ménades dansaient lors des célébrations du culte de Dionysos dont elles étaient les disciples. L'objectif de ces danses était l'accès à la transe qui leur permettait de transcender les limites de leur propre être pour entrer en contact avec leur dieu. L'ivresse extatique ainsi provoquée était le moyen par lequel elles pouvaient se faire posséder par la puissance occulte de Dionysos.

« La transe était une expérience de possession par le dieu, elle abolit les frontières du moi pour provoquer une communion béatifique avec ce dieu et la Nature. » Dionysos en transe: la voix des femmes, Clara Acker
La connaissance actuelle des pas de danse employés se base sur l'analyse des dessins recouvrant les céramiques datant de cette époque. On a pu déterminer que les danses commençaient par des processions giratoires, des mouvements lents, des pas marchés ou glissés qui alternaient avec des piétinements et qui allaient en s'accélérant jusqu'à devenir de véritables courses entrecoupées de sauts. L'accès à la transe étant facilité par la sensation de vertige, les Ménades cherchaient à le provoquer en tournant sur elles-mêmes, en renversant la tête et en inclinant le buste, de manière à brouiller les repères visuels. Une intense frénésie était atteinte, pouvant durer des heures, jusqu'à ce qu'elles s'effondrent une par une d'épuisement, les laissant dans un état catatonique.

Toujours dans cette même recherche de la transe, il était fait usage de vin et de diverses plantes psychotropes, mais la musique tenait elle aussi un rôle primordial. Les seuls instruments mélodiques joués étaient le aulos et la voix humaine, tous les autres étaient des percussions, tel le phrygien, les cymbales, les crotales et les rhombes. La musique ainsi produite créait une dissonance particulièrement propice à l'émergence des élans délirants, née de la tension entre les extrêmes graves et aigus des pôles acoustiques.

L'usage de nombreuses torches faisant palpiter les ombres désarticulées des Ménades parées de fourrures et de bijoux clinquants, frappants le sol de leurs pieds nus, incluant même parfois la participations d'animaux sauvages tels les serpents, permettait une expérience visuelle des plus intenses, d'une efficacité redoutable pour submerger les sens.

Les Ménades n'atteignaient pas l'extase toutes au même moment et les pas employés variaient d'une danseuse à l'autre, puisque fondamentalement spontanés. Les danses étaient ainsi des tremplins individuels pour parvenir à une expérience collective, car dépassant les limites étroites de l'univers individuel.

En imitant le ballet des Nymphes, en délivrant leur corps de l'influence de la civilisation, elles faisaient l'expérience de l'altérité, dont Dionysos est le représentant, et par cela dépassaient les frontières de la différence. Le but spirituel derrière cela étant totalement étranger à la notion d'au-delà, dans le sens où il n'est pas motivé par l'espoir d'une vie meilleure, mais est parfaitement ancré dans l'expérience humaine de la vie, avec ses flux et ses parts d'ombre, dans une recherche d'intégration des contraires.


Guérisseuses féticheuses Côte-d'Ivoire

Dans les villages du Sud de la Côte-d'Ivoire, des groupements initiatiques exclusivement féminins utilisent la danse et les fétiches pour guérir les maladies des membres de la communauté. Toute maladie est vue comme la manifestation d'un esprit corrupteur qui peut être décelé et exorcisé par l'action des féticheuses.

Le rituel de guérison qui est effectué en groupe et en public demande une longue préparation incluant mise à l'écart et jeun. Le moment choisi le sera en fonction du nombre de patient et des signes plus ou moins avantageux qui auront été détectés en augure.

Avant la cérémonie, elles plongent leurs corps dans la rivière pour les enduire d'argile kaolin blanche, symbolisant la mort et l'esprit, elles se parent de jupes blanches, se coiffent d'un bonnet rouge indiquant leur degré de connaissance et ceignent leurs poitrines de colliers de perles aux couleurs vives.
Les fétiches, statuettes de bois anthropomorphes, qui seront utilisés lors du rituel sont enduits du sang d'animaux sacrifiés et nourris au lait par les féticheuses, puis disposés sur le lieu.

Les participantes les moins avancées forment un cercle autours des danseuses et entonnent des chants pentatoniques tout en appelant dans une langue parlée par elles-seules la présence des génies pour leur demander leur aide à déterminer l'origine de la maladie et le moyen de guérison, qui consistera en un remède à base de plantes mais sera aussi consécutif de l'action directe des féticheuses.

Après un moment de recueillement à l'écoute de la musique, l'une des féticheuses entre dans la danse jusqu'à entrer en transe en esquissant les mouvements caractéristiques indiquant qu'une possession est entrain d'opérer: tournoiements, sauts, gestes saccadés, tête renversée, yeux révulsés. L'esprit malin est chassé du corps du patient sur ordre de la danseuse qui l'appelle par son nom, l'opération complète pouvant prendre plus d'une heure. La danse augmente en intensité, toupie zébrée au cœur d'un nuage de poussière, jusqu'à ce qu'elle se mette à tituber et soit rattrapée par ses consœurs, marquant ainsi la fin de l'opération pour le patient traité.  

La danse est donc ici un outil ésotérique pratique d'une grande importance pour la communauté toute entière, elle est à la fois une manière d'entrer en contact avec les entités et une façon de canaliser l'énergie nécessaire au soin.


Rites funéraires dansés en Egypte Antique

La danse étant une métaphore de l'enchainement des cycles naturels, elle se retrouve de fait liée à la mort des hommes et au culte qui leur est rendu par les vivants.
Les danses religieuses égyptiennes étaient nombreuses et avaient cours dans divers contextes. Dans le cadre de ce dossier, je me consacrerai uniquement aux danses exécutées lors des cérémonies funéraires.

Le Texte des Pyramides rassemble des formules funéraires destinées à accompagner le pharaon défunt dans l'au-delà. Il y est plusieurs fois fait mention de danses qui dont l'utilité était  magique plutôt que récréative.

Certaines danses racontaient les étapes auxquelles le pharaon était confronté dans le Royaume des Morts, tandis que d'autres servaient à accompagner la mise en place des statues à son effigie, servant de support à son ka, au tombeau. Elles sont effectuées lors du cheminement des statues ainsi que lors d'un festin précédant l'installation.

Pour ce qui est des funérailles à proprement parler, des danses étaient également tenues lors du cheminement du corps à la maison d'embaumement. Les danseuses appartenaient aux harems sacrés où elles suivaient un entrainement exigeant et continu, ou alors faisaient partie d'un groupe de recluses vivant dans la nécropole.

Un autre type de danseurs impliqués dans les cérémonies funéraires étaient les danseurs Mouou. En mimant les divinités de l'au-delà, ils facilitaient le passage du défunt, formant avec les autres participants au rituel, un tableau mouvant d'une grande théâtralité.

Il est aussi fait mention de danses de nains à l'entrée des tombeaux, dont les gestes grotesques servaient non pas à amuser l'assistance, mais à détourner les esprits malveillants du défunt.

Ici les danses ont une utilité magique dans le sens où elles permettent d'influencer sur le parcours de l'âme du défunt dans l'au-delà. Les danses avaient aussi la qualité d'offrandes faites aux divinités, au même titre que les sacrifices et les prières.


Magie du chaos, en vrac

Par utilisation de la danse en magie du chaos, j'entends toute utilisation personnelle de la danse comme un outil détaché d'une tradition particulière dans un but magique ou lié à une pratique magique (vaste, je sais...).

On pourra ainsi s'en servir comme d'un moyen pour accéder à des états de transe, avec tous les états intermédiaires que cela comporte, la transe ultime n'étant pas aisée à atteindre et encore moins à utiliser.
La transe dansée est utilisée en magie sigillaire pour charger les sceaux créés par l'expérimentateur. Le danseur doit guetter le moment où il ''décroche'', moment où il s'arrête brusquement de danser (on peut s'assoir) pour imprimer son désir, de la même manière qu'il le ferait par l'orgasme, visant le moment où la conscience s'évanouit.
Prenez garde tout de même à ne pas vous blesser (épuisement, chutes, ...) !

 Arrow Dossier sur les états de conscience modifiés

Il est aussi possible d'utiliser la danse comme un moyen de symboliser par le geste, créant un support physique aux idées, une concrétisation. Imaginons un rituel personnel qui utiliserait la danse pour incarner une émotion ; un désir ; une peur ; des mouvements d'énergie ; des éléments de la personnalité ; un fragment de vie ; une divinité ; un archétype ; les cycles de la nature ; afin de jouer des scènes de manière à créer une partition signifiant ce qui est voulu et à l'incruster dans le réel. Inventer des pas ou rester spontané ? Ou les faire surgir spontanément pour ensuite les intégrer à sa trame symbolique personnelle ? A vous de voir !

La joie et le bien-être physique générés par une session de danse peuvent aussi être utiles pour qui cherche à se mettre dans un tel état d'esprit avant de pratiquer un rituel ou un soin (ou simplement pour couper une petite déprime, testé et approuvé!). La danse s'avère aussi utile pour travailler l'ancrage, puisqu'elle centre l'attention sur le corps physique, ou pour évacuer un trop plein d'énergie, des émotions parasites, etc.

Il s'agit également d'une façon d'explorer son propre psychisme, profitant d'un état de conscience altéré pour faire remonter ce qui se tapit en eaux troubles. Pourquoi cette image survient-elle maintenant ? Pourquoi est-ce que je pense à ça ? Pourquoi cette zone est-elle raide, douloureuse ? Pourquoi suis-je réticent à me lâcher ? Qu'est ce qui me fait partir, qu'est ce qui me retient ? Etc.

Champ d'expérimentations potentiel d'un point de vue social/relationnel: danser avec des inconnus des heures durant, pour y explorer les moyens de communications non-verbaux Wink


Ce ne sont que quelques idées, limitées par ma courte expérience, il y en a bien d'autres, et j'espère que les quelques exemples donnés au cours de ce dossier pourront en inspirer quelques uns.


Un petit tour dans ma tête pour conclure...

M'élancer dans la danse, c'est envoyer valser le pourquoi qui zigzague en permanence d'un lobe cérébral à l'autre. C'est y répondre par des cabrioles qui ne se prennent pas au sérieux mais qui sont pourtant essentielles. Quête de liberté, de fluidité, d'un point d'entrée dans la musique aussi. Les pensées fusent, chassés-croisés, et j'oublie mes éclats de génie fugaces relégués au rang de sensations, ou d'un exercice mental en toile de fond qui importe peu, finalement.

Car seul compte le mouvement qu'on arrivera à délier suffisamment pour s'abandonner. L'hésitation, la peur du ridicule, c'est quand on a franchi le pas qu'on se rend compte à quel point ça vaut la peine, de se ficher des coups de pieds au derrière, ou dans le vide, en l'occurrence. Je prends le courant ascendant, l'onde aquatique d'une basse vient faire vibrer mes os, ma colonne épouse le rythme, ma peau se recouvre d'un million de petites collines frémissantes, et l'exaltation m'emporte quand je songe à ce corps que je haïssais autrefois, candide esprit malade par trop gavés des poisons superficiels de notre société, et qui maintenant porte ma fierté et mon optimisme, me permettant moi aussi de fouler le sol et de danser avec les étoiles, comme des milliards d'âmes avant la mienne. Je plonge dans la nuit, l'obscurité fœtale de l'esprit, pour m'y lover. Je peins dans ma tête avec des sons, je sens des vagues d'énergie sous forme d'émotions me traverser de part en part, je cherche intuitivement à me laisser envahir, je ferme les yeux.

Au delà des concepts, au delà des systèmes, le message de la danse, c'est l'absence de message. La danse, c'est juste la danse. La vie, c'est juste la vie. Elle a un début et une fin, et entre deux, c'est pas toujours très réussi, mais c'est bien ce qui la rend belle !

Alors je m'en vais les poches pleines de rêves faire palpiter mon âme dans les espaces sonores jusqu'à faire se mouvoir chacune de mes cellules, et quand je touche l'air du bout des doigts, je souris en songeant que je fais partie de cet infini ballet cosmique.

Célèbre & savoure !



Merci à Hagel pour sa relecture et ses suggestions !

Sources:

Spoiler:
Moines danseurs du Tibet, Matthieu Ricard, 1999 Editions Albin Michel
Les danses dionysiaques en Grèce Antique, Marie-Hélène Delavaud-Roux
Dionysos en transe: la voix des femmes, Clara Acker
Sources orientales VI, Les danses sacrées: anthologie, éditions du Seuil
Danses de la Terre, Françoise Gründ, éditions de la Martinière
Tihei Mauriora, L'écho de la terre, Victoria Giun, éditions Arthaud
La danse sacrée, rencontre avec les dieux, Maria-Gabriele Wosien, éditions du Seuil
Les sigils, la magie du XXIe siècle, Soror D.S, Spartakus Freeman, éditions Bussière


Dernière édition par Hermine le Jeu 22 Mai 2014 - 16:41, édité 1 fois

Hermine
Recherche de la maîtrise des énergies

Nombre de messages : 1102
Pratiques magiques/ spiritualité : Wild Child / Way of the Nanowarrior
Localisation : Plouf

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voix du corps: Dossier du mois de mai2014 sur la danse dans les pratiques ésotériques et spirituelles

Message par Hagel le Jeu 22 Mai 2014 - 14:19

Article très intéressant  pouce 

bon, par contre, on est en mai /D



GPS du forum: La fonction recherche est une voie prioritaire, la section débuter la bande d'arrêt d'urgence et les dossiers l'autoroute.

Hagel



Nombre de messages : 32791
Pratiques magiques/ spiritualité : Comprendre

http://www.medium-desenvoutement.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voix du corps: Dossier du mois de mai2014 sur la danse dans les pratiques ésotériques et spirituelles

Message par Hermine le Jeu 22 Mai 2014 - 16:40

ouais mais je me disais fin mai = dossier de juin XD
je corrige ça

Hermine
Recherche de la maîtrise des énergies

Nombre de messages : 1102
Pratiques magiques/ spiritualité : Wild Child / Way of the Nanowarrior
Localisation : Plouf

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voix du corps: Dossier du mois de mai2014 sur la danse dans les pratiques ésotériques et spirituelles

Message par Avel le Jeu 22 Mai 2014 - 19:29

La danse, c'est pas mon truc et donc je n'aurais pas été spontanément m'informer sur le sujet.
Même si j'avais quelques notions et que je connaissais un peu les cultures que tu as développées, ta façon d'écrire et de te dévoiler m'a beaucoup touchée.
Aussi je te remercie d'avoir ouvert cette porte...

Avel
Recherche de la maîtrise des énergies

Nombre de messages : 909
Pratiques magiques/ spiritualité : pause

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voix du corps: Dossier du mois de mai2014 sur la danse dans les pratiques ésotériques et spirituelles

Message par Xenobios le Jeu 22 Mai 2014 - 20:27

Super dossier!
Tu as utilisé la base d'article Persée pour tes articles sur les danses Dionysiaques/égyptiennes?

Xenobios
Recherche de la maîtrise des énergies

Nombre de messages : 467
Pratiques magiques/ spiritualité : Magnétisme, perceptions balbutiantes et méditation
Localisation : Entre ici et avant (parfois meme 'hachement longtemps avant)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voix du corps: Dossier du mois de mai2014 sur la danse dans les pratiques ésotériques et spirituelles

Message par Hermine le Jeu 22 Mai 2014 - 20:59

Merci Very Happy

Non c'est des bouquins trouvé à la bibliothèque de l'uni près de chez moi (c'est pas trop mon rayon les recherches je dois dire) !

Hermine
Recherche de la maîtrise des énergies

Nombre de messages : 1102
Pratiques magiques/ spiritualité : Wild Child / Way of the Nanowarrior
Localisation : Plouf

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voix du corps: Dossier du mois de mai2014 sur la danse dans les pratiques ésotériques et spirituelles

Message par Ypman le Mar 27 Mai 2014 - 13:23

Bonjour,

Comme Orva, ça ne me serait pas venu spontanément à l'idée de me renseigner sur le sujet mais finalement j'ai pris beaucoup de plaisir à te lire, on voit bien que tu es passionnée et tu as su transmettre ta passion à travers ce dossier. En plus c'est bien écrit donc c'est très plaisant à lire. Wink

Merci et bravo pour cette article !

Ypman
Recherche de la maîtrise des énergies

Nombre de messages : 487
Pratiques magiques/ spiritualité : En pause
Localisation : Là où me mènent mes pieds

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voix du corps: Dossier du mois de mai2014 sur la danse dans les pratiques ésotériques et spirituelles

Message par Hermine le Mar 27 Mai 2014 - 14:13

Merci !  pouce 

Hermine
Recherche de la maîtrise des énergies

Nombre de messages : 1102
Pratiques magiques/ spiritualité : Wild Child / Way of the Nanowarrior
Localisation : Plouf

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voix du corps: Dossier du mois de mai2014 sur la danse dans les pratiques ésotériques et spirituelles

Message par Anna Ho Vala le Ven 30 Mai 2014 - 19:22

Merci pour ce dossier, je rejoins Orva et Ypman sur le fait que sans toi je serais toujours aussi ignorant sur ce sujet à l'heure qu'il est.  Smile 
En tout cas c'est du bon boulot !  pouce

Anna Ho Vala



Nombre de messages : 941
Pratiques magiques/ spiritualité : Recherche
Localisation : Dans une Forêt de l'Est

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voix du corps: Dossier du mois de mai2014 sur la danse dans les pratiques ésotériques et spirituelles

Message par Ev le Lun 16 Juin 2014 - 11:23

Merci beaucoup pour cet article qui est très bien constitué.
Merci également pour ce beau témoignage que vous apportez à la fin de celui-ci.
Je vous comprends et vous rejoins dans votre expérience.
Je danse également, et cela me transe-porte loin...  Wink
Si un jour l'envie de partager une danse vous prends, ça sera avec plaisir !
Pomme-pelle-hope comme j'aime dire !   

Ev
Energie libre

Nombre de messages : 4
Pratiques magiques/ spiritualité : Énergétique / Intuitions / Tarologie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voix du corps: Dossier du mois de mai2014 sur la danse dans les pratiques ésotériques et spirituelles

Message par jeayante sourcieure le Mer 18 Juin 2014 - 21:21

Excellent! D'origine hindoue, je suis fascinée depuis toujours par la figure de Shiva dansant, je vais toujours voir une statue le représentant au Musée Guimet à Paris. Ca me fascine. La méditation m'ennuie, je préfère largement danser et laisser le cosmos inonder mon corps et mon corps se désintégrer et s'unir au cosmos  
Merci beaucoup pour cet article.

jeayante sourcieure
Energie libre

Nombre de messages : 27
Pratiques magiques/ spiritualité : bébé médium qui apprend à marcher
Localisation : Réunion island

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voix du corps: Dossier du mois de mai2014 sur la danse dans les pratiques ésotériques et spirituelles

Message par Camil le Jeu 19 Juin 2014 - 19:01

Merci Hermine, pour ce dossier très intéressant !
Pour moi aussi, la danse fait partie des moments les plus "magiques'' de mon existence, par le plaisir qu'elle procure, mais aussi la lucidité, la conscience qu'elle offre de la façon dont fonctionne l'énergie à un niveau plus profond, plus universel en même temps que plus intime.

En lisant le paragraphe sur les Ménades, je me suis demandé s'il y avait une différences avec les Bacchantes ? Il me semblait qu'on nommait ainsi les femmes dans un rapport privilégié avec le dieu Dionysos ?

Encore merci, bien à toi.

Camil
Energie libre

Nombre de messages : 28
Pratiques magiques/ spiritualité : Ethique de la Réconciliation

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voix du corps: Dossier du mois de mai2014 sur la danse dans les pratiques ésotériques et spirituelles

Message par Hermine le Mar 24 Juin 2014 - 1:01

Merci à vous d'avoir lu ! Smile

@Camil: Pour ce qui est des bacchantes, je ne suis pas une experte, mais je pense qu'elles sont similaire aux ménades oui. Cependant les bacchantes étant rattachées à Bacchus, dieu romain, elles sont moins anciennes que les ménades, donc il peut y avoir une différence liée à l'évolution du culte, en plus de la différence Dionysos/Bacchus (que je ne peux pas développer ne connaissant que le premier :/).

Hermine
Recherche de la maîtrise des énergies

Nombre de messages : 1102
Pratiques magiques/ spiritualité : Wild Child / Way of the Nanowarrior
Localisation : Plouf

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voix du corps: Dossier du mois de mai2014 sur la danse dans les pratiques ésotériques et spirituelles

Message par new-era-way le Lun 10 Aoû 2015 - 8:30

Intéressant.

Je me demande si il serait possible que certaines danses aient servi à coder des lettres de l'alphabet.

Dans "Rencontre avec des hommes remarquables"
Le film  L'idée est évoquée vers la fin du film d'utiliser des postures du corps pour matérialiser des caractère (runes ?) mais c'est assez statique.

Auriez vous entendu parler de ça dans une tradition ou une autre ?

J'ai fait récemment un rêve ou les personnes exécutaient des pas de danse ou chaque lettre était représentée par un pas de danse particulier et en "dansant" le nom d'un personnage on invoquait sa protection et son conseil, dans mon rêve le personnage était nommé "professeur" mais je ne sais pas si il s'agissait d'un archétype, d'une personne décédée, d'un esprit, d'une divinité...
Ca a probablement une signification symbolique qui m'est très personnelle, donc à ne pas prendre trop littéralement mais au cas ou... je demande ici.

new-era-way
Petit courant énergétique

Nombre de messages : 229
Pratiques magiques/ spiritualité : Dreamwalker

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voix du corps: Dossier du mois de mai2014 sur la danse dans les pratiques ésotériques et spirituelles

Message par Ushiro le Lun 10 Aoû 2015 - 12:00

Bonjour,
L'idée est évoquée vers la fin du film d'utiliser des postures du corps pour matérialiser des caractère (runes ?) mais c'est assez statique.
Edred Thorsson dans A handbook of rune magic évoque l'idée de reproduire avec son corps les runes pour les canaliser, en effet. Cela n'a cependant rien de traditionnel, les anciens nordiques ne faisaient pas ce genre de chose. Mais ça n'est pas parce que ce n'est pas traditionnel que ça n'a pas d'efficacité bien sûr même si personnellement je n'accroche pas à l'idée de Thorsson.

Pour que ça marche, cela nécessite une bonne connaissance de la rune (ou lettre pour reprendre ton exemple) ainsi que de ses énergies. Cela nécessite aussi de retrouver un moyen de pouvoir recréer cette énergie en soit et donc d'avoir détailler et intégrer le système énergétique humain. C'est de cette connaissance que sont nés notamment les mudras, certaines formes de yoga et certains rites taoïstes.

Le problème de Thorsson c'est qu'il n'explique pas du tout d'où il sort ça. Il ne joue que sur l'analogie visuelle... Donc j'accroche pas :/

Enfin ce n'est que mon avis Smile

Bonne journée !

Ushiro



Nombre de messages : 2706
Pratiques magiques/ spiritualité : La Voie et les Méthodes

http://aoandon-yokai.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum